Guides d'orientation : tout savoir sur une filière
groupe d'advisors

Témoignages Université (Licence)

Il existe 1001 façons de choisir sa filière, mais ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver au milieu de toutes ces informations 🔎, et de savoir si on a fait le bon choix !

Les témoignages de nos Advisors sont là pour t'aider à y voir plus clair 💡.

Si tu veux en savoir plus sur leurs parcours, prends RDV avec eux 🤳 !

57 résultats correspondants :

Héloïse, 20 ans

Sciences et techniques des activités physiques et sportiv...

Je tenais à partager mon expérience et exprimer ma profonde satisfaction à l'égard de la formation en Licence STAPS. Choisir cette filière a été une décision déterminante dans mon parcours académique et professionnel. Dès les premiers jours de cours, j'ai été immergé dans un environnement dynamique et enrichissant. Le programme était à la fois complet et adapté aux réalités du terrain, m'offrant une solide base théorique tout en mettant l'accent sur la pratique et l'expérience concrète. Ce qui m'a particulièrement marqué, c'est l'approche pluridisciplinaire de la Licence STAPS. En combinant des enseignements en sciences du sport, en biologie, en psychologie et en management, j'ai pu développer une vision globale et approfondie du domaine. Cette diversité m'a permis d'explorer différentes perspectives et de trouver ma voie au sein du secteur des activités physiques et sportives. Les stages et les projets pratiques ont été des moments clés de ma formation. Ils m'ont offert l'opportunité de mettre en pratique mes connaissances, de développer mes compétences et de tisser des liens avec des professionnels du milieu. Je recommande vivement la Licence STAPS à tous ceux et celles qui aspirent à une carrière dynamique dans le domaine du sport et de l'activité physique. Si je peux vous aider à y voir plus clair dans votre orientation et dans le milieu du sport, n'hésitez pas à venir vers moi ;)

Léa, 20 ans

Droit

Je faisais partie de ces élèves qui réussissaient sans pour autant faire beaucoup d'efforts. 17 en HGGSP, 15 en HLP, 14 en SES, 20 au grand oral. Pourtant j'ai raté ma 1e année de droit en travaillant de 8h du matin à 3h. J'ai vécu ce qu'on appelle couramment une dépression sans même m'en rendre compte. J'ai enchainé les partiels avec les rattrapages en échouant toujours et encore et sans jamais voir de progrès en un an. Alors j'ai pris les devants et j'ai quitté la fac publique pour le privé. J'ai eu des vraies réponses à mes questions, un vrai suivi et surtout beaucoup de soutien. Aujourd'hui je réussi les exercices, les examens et je m'épanouis dans les études.

Line, 23 ans

Droit

Ma première année de droit à Assas a été pleine de rebondissements mais j'en tire globalement que du positif. Certes, les études juridiques demandent une quantité importante de travail mais cela n'est pas insurmontable, loin de là ! J'ai adoré les cours magistraux notamment des majeures car les professeurs étaient aussi éloquents que passionnés. Les chargés de TD étaient bienveillants et disponibles. En ce qui concerne les matières complémentaires, j'ai été un peu déçue en raison des modalités qui ne nous permettaient pas d'y prendre goût. Toutes fonctionnaient sur la base de l'apprentissage par coeur. Enfin, en dehors des cours, il y a une multitude d'associations et d'activités proposées, ce qui nous permet de rencontrer de nouvelles personnes et de décompresser.

Manon, 24 ans

Langues, littératures & civilisations étrangères et régio...

En tant qu'étudiante en Licence LLCER japonais à l'université, je suis constamment captivé par la richesse et la beauté de la langue et de la culture japonaises. Chaque jour, je suis immergé dans un monde de kanji et de grammaire complexe, mais passionnante. Les cours de japonais sont à la fois stimulants et gratifiants, grâce à des enseignants passionnés et compétents qui m'encouragent à repousser mes limites linguistiques. Mais ma formation ne se limite pas à l'apprentissage de la langue. J'ai également eu l'occasion de plonger dans la littérature japonaise classique et contemporaine, de découvrir des chefs-d'œuvre littéraires qui reflètent l'âme et l'histoire du Japon. Ce parcours universitaire me permet de développer non seulement mes compétences linguistiques, mais aussi une compréhension profonde de la société et des valeurs japonaises. Chaque jour, je me sens privilégié d'explorer un monde si riche et complexe. Avoir fait une Licence LLCER japonais est une aventure qui m'a ouvert les portes d'un monde fascinant. Cela a façonné ma perspective, élargi mes horizons et m'a donné une passion inébranlable pour la langue et la culture japonaises. Je suis reconnaissant(e) de pouvoir poursuivre cette formation et j'ai hâte de continuer à approfondir mes connaissances et à partager ma passion pour le Japon avec les autres."

Youssef, 20 ans

Economie

l'option "Travail de l'acteur et prise de parole en public" à Dauphine (mon experience). J'ai suivi cette option lors de ma L2 en sciences des organisations, cette option consiste a s'exprimer en public afin d'être plus à l'aise. Au départ on exerimente des techniques et on fais des exercices type théatre (articulation, mouvements corporels, respiration, amplitude de la voix, jeux de rôle, mimes ...). A la fin, on joue une pièce de théâtre. Ca a été une experience fabuleuse pour moi, je suis beaucoup plus à l'aise à l'oral, et l'idée de passer devant tout le monde ne me dérange plus. Je suis ravi et enchanté de pouvoir m'exprimer en toute liberté, j'ai acquis une certaine confiance en moi et en mes capacités grâce à cette option et evidemment grâce à la prof de théâtre qui est extrêmement pédagogue et talentueuse. Un conseil, si tu passes par Dauphine, ne loupes pas cette option qui en deviendrai presque une nécessité ! Bon vent, Youssef E.

Thomas, 23 ans

Droit

La licence en droit : Une expérience très enrichissante et qui m'a fait mûrir. Depuis la première année, on nous martèle que nos années de licences seront difficiles et qu'il faudra s'accrocher. C'est tout à fait vrai. Mais c'est tout à fait possible et atteignable, j'en suis la preuve vivante. J'ai vécu en réalité 4 ans en licence de droit car j'ai redoublé ma première année. J'ai mis beaucoup de temps à comprendre ce qu'on attendait de moi, quelle était la charge de travail que je devais fournir. Ce que je peux dire de mes années de licence de droit, c'est qu'elles m'ont enseignés une certaine discipline de travail propre au droit et à l'université. Grâce à ces premières années, je me suis découvert au travail. Je ne savais pas ce qu'était réellement travailler jusqu'au bac pour tout vous dire. J'ai eu beaucoup de regrets pendant ma licence notamment sur le travail que je devais fournir. Je n'étais pas à 100% de mes capacités, je me contentais du minimum pour passer en année supérieure. C'est certes suffisant, mais sûrement pas assez pour intégrer un master très demandé que vous souhaitez avoir à tout prix. Alors je regrette en partie certains moments de ma licence où j'aurais pu davantage travailler. Ce qui est certain, c'est que grâce à ma licence de droit, je ne vois plus les choses de la même manière, je ne vois plus mon environnement et ce qui m'entoure de la même façon. J'apporte une réflexion que je n'avais pas avant ma licence sur beaucoup plus de domaines et de sujets. Un conseil sur votre licence : Accrochez vous à un objectif qui vous fait avancer et qui vous rappelle pourquoi vous vous levez chaque matin. Dans les moments difficiles, dites vous qu'avec le temps, il y aura forcément de meilleurs moments.

Léa, 24 ans

Droit

J'ai récemment obtenu ma Licence de Droit et je peux dire sans hésitation que cette expérience a été enrichissante à plus d'un niveau. Au cours de mes études, j'ai acquis une solide connaissance des lois et des réglementations. J'ai pu les appliquer que ça soit fictivement par des cas pratiques ou réellement grâce à la Clinique Juridique de l'université Paris Cité qui permet d'aider de vrais justiciables tout en étant encadré par une équipe de professeurs et professionnels. La formation en Licence de Droit offre également une occasion unique d'améliorer ses compétences en matière de communication, de rédaction et de résolution de problèmes, ce qui est indispensable pour exercer dans ce domaine. De plus, les nombreux débats et discussions permettent de stimuler ses capacités d'éloquences et d'avoir un esprit critique. Enfin, la licence permet de nouer des relations avec des futurs collègues ou confrères. Le cursus permet de travailler avec des professionnels expérimentés et passionnés qui donnent de précieux conseils. Je ne peux que recommander la Licence de Droit à quiconque souhaite se lancer dans ce domaine passionnant et stimulant. Les compétences et les connaissances que vous y acquérez vous seront utiles tout au long de votre carrière.

Julia, 25 ans

Droit

La licence de droit science politique m’a beaucoup plu! Hésitant entre une profession juridique et une profession tournée vers le journalisme ou les sciences politiques, cette formation a été un bon compromis! Elle m’a fourni un solide socle de connaissances essentielles en droit ainsi que des connaissances complémentaires dans les matières relevant des relations internationales et des régimes politiques, qui apportent un autre regard sur le monde. En L1, j’avais d’ailleurs des difficultés à assimiler la méthode juridique qui était rigoureuse. Ainsi, les matières de sciences politiques m’ont permis d’être au-dessus de la moyenne et de valider mes semestres! A la fin de ma licence, plusieurs débouchés s'offraient à moi! Que ce soit des masters en droit privé, droit administratif ou sciences politiques. Ce qui est rassurant et laisse le temps de choisir son orientation au terme des trois années de licence.

Aurélie, 21 ans

Administration publique

Bonjour à toutes et à tous ! Je suis actuellement en troisième année de licence LLCER espagnol. J'ai fait mes deux premières années à la Sorbonne à Paris, et je suis aujourd'hui en Erasmus pour ma dernière année.

Zoé, 21 ans

Langues étrangères appliquées (LEA)

Une licence de langues étrangères appliquées, qu'est-ce que c'est ? C'est une licence assez vaste. Les cours vont de la traduction au marketing en passant par la comptabilité et l'économie. Cette licence demande de la rigueur et de l'autonomie. Un bon niveau en langues étrangères est important mais ce n'est pas la seule condition de réussite. A mon avis, pour finaliser cette formation, il faut s'intéresser au monde qui nous entoure, à l'économie, à la politique, pas seulement en France mais aussi à l'étranger. Il faut lire, étudier et diversifier ses connaissances au maximum.