Pourquoi choisir la LLCER Japonais ?

Léna EBAMI

— Qu'est ce que la LLCER ?

La filière de langues, littératures et civilisations étrangères et régionales (LLCER) est un cursus universitaire français permettant d'étudier en profondeur une langue étrangère. Les domaines étudiés sont :

  • la littérature (romans, pièces de théâtre, poèmes) ;

  • les arts (peintures, sculptures, films) ;

  • l'histoire (origines, migrations, personnages) ;

  • la géographie (territoires, population, topographie) ;

  • l'actualité (politique, économique, sociétale) ;

  • la linguistique (grammaire, vocabulaire, phonologie, phonétique) ;

  • la traduction (littéraire, journalistique).

— Quels sont les débouchés de la LLCER ?

Si vous pensez que la licence LLCER débouche uniquement sur les métiers de l'enseignement ou de la traduction, vous vous trompez. De nombreux Masters sont proposés après vos 3 années de licence, tels que ; master didactique des langues, master LLCER, master Langues et sociétés, master Management et Commerce international, master Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation, master Relations internationales, master sciences du langage et enfin master traitement automatique des langues. Certaines formations ne sont pas proposés par toutes les facultés mais voici la majorité des masters que vous pouvez suivre après l'obtention de votre licence.

Vous voyez, ça laisse pas mal de choix finalement ! :)

— Comment savoir si je dois réellement me lancer dans l'étude du japonais ?

Tu as sûrement découvert le Japon avec les mangas, les animés ou bien encore les sushis, et depuis ça te passionne ! Eh bien moi aussi haha. Cependant, est-ce une réelle raison pour se lancer dans l'apprentissage du japonais ?Je suis étudiante en japonais à l'Inalco. En première année, on est 400 étudiants au début, et à la fin de l'année on est moins de 200. En effet, beaucoup d'étudiants partent car ils ont sous-estimé ce que c'était d'apprendre une langue en PROFONDEUR. Beaucoup intègrent la licence de japonais dans le seul but de pouvoir de regarder leurs animés sans sous-titres. Bien sûr, si tu finis ta licence et que tu vas jusqu'en master, tu auras normalement acquis les compétences nécessaires pour le faire, mais il ne faut absolument pas que ce soit ta principale motivation. Trop de gens qui décident d'étudier le Japonais font face à une grosse désillusion. Etudier le japonais, ce n'est pas seulement apprendre à parler et à écrire, c'est apprendre la civilisation, se spécialiser dans des enseignements transversaux etc.

— Avoir un projet d'avenir avec la langue étudiée

J'ai bien conscience qu'à la sortie du lycée, tout le monde n'a pas un avenir tracé ou un idée bien précise de ce qu'il veut faire plus tard. Cependant il ne faut pas pour autant se lancer dans l'étude d'une langue si on ne sait pas quoi en faire par la suite. Etudier une langue en profondeur et la civilisation de son pays, c'est vraiment intéressant, seulement si on la met à profit dans son projet d'avenir. D'autant plus que le japonais est une langue d'étude assez rare, il serait dommage d'arriver au bout de 3 ans de licence et de se rendre compte que vous vous êtes totalement trompés de parcours.

Comme je l'ai dit précedemment, la licence LLCER propose beaucoup plus de débouchés que l'on ne pense. Alors même si vous n'avez pas une idée parfaite de ce que vous voulez faire plus tard, renseignez vous sur les différents masters avec de vous lancer dans la licence LLCER Japonais.

— Conclusion

Pour conclure, posez-vous les bonnes questions et essayez de ne pas voir la licence LLCER comme une solution de facilité, car vous aller rapidement rencontrer un mur haha.

Si vous avez davantage de questions sur la Licence LLCER Japonais ou bien sur l'Inalco en général, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec moi à partir de mon profil afin que je puisse y répondre et qu'on puisse discuter de votre projet d'avenir !

A bientot peut-être :)

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle