Poursuis tes rêves : l’histoire du vilain petit canard 2.0

Manon Bernouis

Porteuse du bonnet d'âne depuis ma tendre enfance (surtout à compter de la 5ème), les réunions parents-professeurs et les bulletins de notes qui suivaient se résumaient à un manque de travail personnel et à un fort penchant pour le bavardage, le tout souligné d'une malice pour échapper à toute réprimande. J’ai donc  réussi à éviter des redoublements et autres punitions (j'ai été délégué de la 6ème à la terminale afin de défendre mon cas au plus près).

Brevet en poche (très ricraque) direction une seconde générale (au grand étonnement de mon proviseur qui ne me prêtait pas un grand avenir). Je voulais déjà être avocate mais tentais par certaines activités extra-scolaires, les études n'étaient toujours pas ma priorité. Gros coup de chaud à la fin de la seconde où il a fallu négocier mon passage en première.

Lors d'un entretien avec ma professeure principale au lycée j'ai exprimé mon rêve de devenir avocate. Sa seule réaction fut un rire moqueur qu’à demi étouffé.

— Le mépris de trop ?

Un écart s’est creusé, les lacunes se sont accumulées et le bonnet d'âne qui faisait rire les copains (et moi la première !) s'est transformé en un poids pesant sur mes perspectives d’avenir.

Mis à part trois grands fous (à qui je dois beaucoup), les pronostics sur l’obtention de mon bac avoisiné les 0,1%.

Ce n’est pas le ciel qui m’est tombé sur la tête mais une soif de revanche. J’ai alors pris mes lacunes sous le bras, livres, classeurs et tout l’attirail nécessaire à ma transformation (secrète) en élève assidue et déterminée.

— Bac ou pas bac ?

Bien que l’on dise aujourd’hui que le bac à lui seul ne vaut plus rien, il est le rite de passage obligé pour accéder aux études supérieures et à n’importe quel petit boulot alimentaire.

Jour des résultats, me voilà faire partie des « grands gagnants » ! Ayant en poche le premier sésame d’accès à la robe d’avocat, je pensais passer un été festif entre amis avant d’intégrer les rangs des amphithéâtres de la fac de droit. Et pourtant….

— Tu iras en BTS MUC

J’ai vu la robe noire violemment s’éloigner quand on m’a annoncé que je n’intégrerai pas cette institution car cela demandait «  un travail personnel que tu n’es pas apte à fournir ».

On a donc décidé pour moi : tu iras en BTS MUC.

Grande première (autant en rire) j’étais n°1 de la classe !

Pour autant, je ne me sentais pas à ma place.

— Le rappel du droit

J’enviais une amie qui était en L1 de droit et j’ai commencé à prendre certains de ses cours, jusqu’au jours où d’un pas affirmé j’ai imposé mon rêve.

Ne pouvant intégrer la fac en milieu d’année, je me suis faite une « prépa perso » à l’aide de cours récupérés pour être fin prête le jour venu.

J’ai poussé les portes de mon premier amphithéâtre en septembre 2014 et à partir de ce jour j’ai fait de mon rêve une réalité.

Dorénavant je suis diplômée d’un master de droit des affaires, je viens d’obtenir le CRFPA et je prépare mon départ pour un LLM à Londres à la rentrée prochaine.

 

Alors bonnet d’âne, pas bonnet d’âne, droit, avocat, quelque soit ton rêve : FONCES !

Crois en tes rêves et fais de ta détermination et de ta passion, ta force !

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle