Femme ingénieure en finance

Claire B

Aujourd’hui encore, peu de jeunes filles s’orientent vers les domaines scientifiques, et ce phénomène est d’autant plus présent dans les écoles d’ingénieurs où les filles représentent moins d’un tiers des étudiants. J’ai réalisé mon parcours en école d’ingénieurs pour travailler en finance, un secteur réputé masculin et difficile d’accès. Malgré les difficultés rencontrées, j’ai réussi à tirer le meilleur de cette expérience.

27 % de filles s’orientent vers les écoles d’ingénieurs

Entrer en école d’ingénieurs n’était pas gagné. Non pas en raison de mes résultats, mais de la faible propension de mes professeurs de lycée à pousser les filles dans cette voie. Avant même d’entamer les études supérieures, j’avais le choix au lycée entre deux cursus scientifiques : Sciences et vie de la Terre ou Sciences de l’Ingénieur, mais lorsque j’ai demandé conseil à mes professeurs leur réponse était claire : « Les Sciences de l’ingénieur c’est pas fait pour les filles, il vaut mieux que tu choisisses Sciences et vie de la Terre ». Heureusement, ce discours n’a pas suffi à me décourager. J’ai choisi de poursuivre le cursus Sciences de l’ingénieur et d’être une des seules filles de ma classe.

 

Devenir une ingénieure aux idées ingénieuses

Intéressée par les mathématiques et la finance, j’ai intégré l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs Leonard de Vinci pour y suivre le cursus d’Ingénierie Financière. L’environnement étudiant de l’ESILV comprend une mixité importante et un soutien des équipes pédagogiques qui poussent les filles à se mettre autant en avant que les garçons. J’ai compris qu’à l’ESILV, il n’y a pas de différence entre filles et garçons. Il n’y a que de futurs ingénieurs en formation. Première de mon école, cet environnement et ce cadre d’apprentissage m’ont permis de m’épanouir pleinement et m’ont conforté dans mes ambitions de carrière.

La finance, un domaine exclusivement masculin ?

J’ai donc suivi le parcours Ingénierie Financière à l’ESILV pour travailler dans le milieu de la finance malgré mes inquiétudes pour trouver une place dans ce domaine en tant que fille. En effet, le milieu de la Finance est réputé être un environnement machiste et difficile d’accès. Heureusement, les mentalités évoluent et les filles sont, depuis quelques années, de plus en plus représentées. Seules les compétences et la résistance à un environnement stressant comptent.

Pionnière dans une équipe d’hommes

Lors de ma recherche de stage, j’ai passé de nombreux entretiens, l’un d’eux avec une équipe exclusivement composée d’hommes. Après avoir été retenue pour ce stage, mon tuteur m’annonce la nouvelle par téléphone et termine son propos par : « Tu es la première fille que l’on prend dans l’équipe, j’espère ne pas le regretter », le ton était donné. J’ai alors compris que les équipes bougent et cette phrase m’a d’autant plus motivée à donner le meilleur de moi-même afin de réussir aussi bien, voire mieux, que les précédents stagiaires masculins.

Une entrée dans le monde de la Finance réussie

Mission accomplie, puisque le stage en tant que Commando s’est très bien déroulé et, à la fin de cette période, mon manager m’a offert une opportunité à New-York. Aujourd‘hui, je suis en dernière année à l’ESILV et réalise mon stage de fin d’études dans le cadre d’un Volontariat International en Entreprise à New-York. Je travaille en tant qu’Application Developer et Business Analyst au sein de la direction financière d’une banque d’investissement. C’est un environnement masculin, dans lequel j’ai immédiatement trouvé ma place, sans aucune difficulté. Même si certains obstacles sont toujours présents, la présence des filles en première ligne des métiers de la finance est de plus en plus recherchée et appréciée.

Un projet pour l’avenir des filles ingénieures

Mon expérience personnelle, tout au long de ma scolarité et de mes premières expériences professionnelles m’ont rassurée quant à la place accordée aux filles dans le domaine de la finance. Les mentalités évoluent et les filles ingénieures sont de plus en plus acceptées et même recherchées pour des postes historiquement attribués à des garçons. Cependant, il existe toujours des embuches sur le chemin d’une future ingénieure et s’imposer en tant que fille reste encore un obstacle à surmonter. A la suite de ce constat, j’ai décidé de créer, une fois mes études terminées, une association pour les futures ingénieures. L’enjeu de cette association est de les accompagner et les conseiller dans leur parcours et début de carrière à s’affirmer pleinement en tant que fille ingénieure.


— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle