Le monde de la faculté

Valentine Varin

La fin du lycée

Après le stresse des résultats du bac, c'est bon ça y est vous vous en êtes bien sorti maintenant en route pour l'université !

Mais ce que vous ne savez pas c'est que le lycée était un cocon, une petite bulle où tout le monde se connaissez. Les professeurs savez qui vous étiez et vous n'étiez que une trentaine par classe mais il faut savoir qu'à la faculté c'est loin d'être le cas. Il faut être préparer à ce changement d'environnement. Mais c'est excitant et non appeurant !

La découverte de la faculté

Ah la fac, on se dit super liberté, les cours ne sont pas obligatoires, que quelque heures par semaine mais non la fac c'est à double tranchant et il faut le savoir et être prêt pour ce qui nous attend. Personnellement j'étais dans un petit lycée et j'étais clairement pas prête pour la faculté. Ce monde ou vous n'êtes qu'un numéro peut avoir des avantages mais aussi des inconvénients. À la fac on repart de 0, vous êtes vous même et vous allez faire vos premiers pas avec plus de 200 personnes dans un amphithéâtre à écrire pendant 3h ce que le professeur vous dicte. Cela peut faire peur mais c'est un moyen de vous prendre en mains vous seul, de vous prouver que vous êtes capable de réussir par vos propres capacités !

La fac pour ma part c'est des amphithéâtres où tout le monde tape son cours pendant 3h en silence mais aussi des moments de joie intense avec des inconnues qui deviendront vos meilleurs potes. Les professeurs pour vos premiers cours vont sûrement vous faire peur, moi j'ai eu le droit à la bonne vieille mise en garde de "regardez votre voisin de gauche, votre voisin de droite, entre vous trois il n'en restera plus qu'un". De quoi faire flipper plusieurs étudiants mais cela s'appelle de la psychologie et vous avez la capacité de réussir à la fac, tout le monde peut réussir mais il faut s'accrocher.

La peur d'échouer

A l'école on a la chance d'avoir plusieurs notes, à la fac ce luxe n'existe pas, je pourrais rentrer dans les détails si besoin via des rendez vous pour expliquer tout le fonctionnement de la fac. 

Mais oui la peur de l'échec est belle et bien presente mais il ne faut pas en avoir peur. Personnellement je n'ai pas un parcours parfait et j'ai redoublé ma première année de licence en droit. L'annoncer à mes parents fut terrible mais ils étaient la pour me soutenir et on comprit que la fac c'est repartir de 0 aussi bien personnellement que méthodologiquement. C'est une nouvelle façon de faire et pour certain redoubler et la meilleure chose à faire. D'ailleurs ma deuxième année (donc mon année de redoublement) en première année de licence fut la plus belle de toute, j'ai re-découvert mes matières, j'ai eu de nouveaux professeurs et j'ai adoré et je me suis adaptée. Alors la peur de l'échec est présente mais elle fait avancer et moi je n'ai pas vue mon redoublement comme un échec mais comme une deuxième chance de mieux faire et de bien faire. De repartir sur de bonne base et d'avoir envie de me dépasser encore plus et cette peur de l'échec doit traduire une envie de réussir plus que tout et de se rendre fier de soit. Et oui ! À l'issue de mon redoublement, je pense avoir été la personne la plus heureuse de la terre en apprenant que j'avais réussie et que j'allais passer en deuxième année, j'en ai pleuré mais qu'est ce que ça faisait du bien de savoir qu'après tour ses efforts on réussi et ça il faut absolument se le dire !

L'université un monde pour l'élite ?

J'ai souvent entendu dire que la fac et surtout celle de droit était faite pour des personnes avec un haut niveau, pour l'élite ! Mais ne croyez pas en ces rumeurs mais croyez en vous. Je viens d'un bac ES (économique et social) général avec 10 au bac, une élève moyenne et pourtant je fais un concours d'éloquence maintenant et suis en troisième année de droit. J'ai vue des étudiants d'un bac STMG ou encore pro réussir bien mieux que moi. Comme je l'ai souligné plus haut à la fac on repart de 0 et un élève ayant des difficultés au lycée peut exceller à la faculté ! La fac est publique et réservée à tous, il y a de la sélection certes mais chacun à sa place dans se monde et il faut s'accrocher et croire en soit car on peut tous y arriver qu'importe d'où on vient ! 

Le mot de la fin

Je dirais pour conclure que la fac est un tremplin vers le monde des adultes, le monde du travail. On a un pieds dans les études et l'autre dans la vie active en devenir. C'est un nouveau monde, il faut être prêt à avoir des peur, des angoisses, des coups durs, des déceptions, mais il ne faut jamais abandonner car tout le monde à sa place à la faculté et il ne faut jamais cesser de croire en soit jamais !


— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle