Exemple d'un parcours de licence 3 en s... | Blog

Exemple d'un parcours de licence 3 en sciences du langage

Justine LEFEVRE

Qu'est-ce que c'est ?

Les sciences du langage sont plutôt méconnues parmi les étudiant.es, et pourtant, cette filière est développée dans beaucoup de facs. Je vais vous présenter cette filière avec ce que je sais, puisque je n'ai fait qu'une L3.

Des particularités ?

Les sciences du langage, comme le nom l'indique, sont une science qui étudie la langue et son fonctionnement mais aussi, d'une façon plus pragmatique, analyse comment l'humain produit des sons.

Il y avait deux parcours à la fac de Caen : FLE ou linguistique française et j’ai choisi ce dernier parce que plus généraliste. A l'époque, j'ai passé un bac littéraire, ce qui n'existe plus aujourd'hui. J’ai envie de dire qu’il ne faut pas forcément être littéraire pour entrer dans ce cursus parce qu’on étudie la ou plutôt les langues et le langage selon une approche scientifique. Donc quelqu’un qui a un bac plus scientifique aura également sa place dans cette filière.

Concernant les matières, j’en ai découvert quelques-unes cette année-là, dont la pragmatique, la sémiotique ou encore la typologie des langues. La pragmatique (étude du discours) et la sémiotique (étude des signes) sont des matières que l’on retrouve dans la filière de la communication, comme par exemple en DUT information-communication. La typologie des langues, c'est le fait qu'on étudie les langues et leur classement. Pour résumer, certaines s'apparentent et d'autres sont très différentes. Ce sont des matières assez philosophiques, abstraites je dirais.

Comme c’est une filière où il faut avoir un certain niveau en langue française (forcément, vu qu'on étudie cette langue), on doit revoir les bases de la grammaire française (temps, conjugaison, constructions verbales…). Ça ne fait pas de mal même si ça peut être rébarbatif ! Je dois dire que venant d’une licence d’anglais, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu les bases de grammaire.

Si certains connaissent le parcours LLCER (Littérature, Langues et Civilisation Etrangères et Régionales), j’ai eu de la lexicologie, c'est-à-dire qu'on apprend à "découper" les mots, retrouver leurs racines etc. C'est plutôt ludique je trouve. C'était ma matière préférée. On faisait aussi de la morphologie donc on étudiait le vocabulaire, la construction des mots notamment.

Une autre matière (obligatoire pour le CAPES!) que j’ai eue c’est de l’histoire de la langue, autrement dit historie de l’ancien français. Je ne cache pas que c’est assez pénible, surtout pour la phonétique (imaginez remonter au Vème siècle et toutes les variations de lettres qui s’ensuivent). Par contre, on enrichit sa culture générale et ça peut aider pour comprendre le fonctionnement du français moderne. Encore une fois, je le répète, ce sera forcément dans le concours pour accéder à l’enseignement donc c’est à ne pas négliger pour ceux qui se destinent à ce métier.

J’avais des cours d’anglais et pour ceux qui craindraient ça, c’est vraiment du niveau basique (un peu comme au lycée).

On a eu des cours de linguistique de corpus. En fait, dit comme ça c'est flou, mais on utilisait des logiciels linguistiques (Frantext et Unitex dans mon cas) et on devait créer une grammaire à partir d'un texte qu'on nous donnait. Là, il faut être à l'aise en informatique et avoir de bonnes connaissances en grammaire, natures et fonctions des mots.

Je me souviens avoir eu linguistique et poétique. C'était un cours où l'on étudiait la métrique dans des poèmes (en gros on étudiait la façon dont le poème était construit). J'ai trouvé ce cours très ludique. Si vous aimez la poésie et décortiquer, ce cours sera pour vous.

 

Points positifs

Cette licence, comme je l'ai dit et comme vous avez certainement dû le voir, correspond aussi bien à des littéraires qu'à des scientifiques et je crois qu'on peut dire, au même titre que certaines filières comme l'histoire ou le droit, elle demande beaucoup de rigueur. Pas que les autres filières soient plus "faciles" mais il faut savoir que la rigueur est de mise si on veut réussir.

Dans ma fac, il y avait une passerelle entre la deuxième et la troisième année de licence. Maintenant, il me semble que la licence complète peut être réalisée. Mais c'est toujours bien de savoir que l'on peut bifurquer sans avoir à refaire une année.

Et les débouchés ?

Le fait que cette filière ne soit pas très connue fait que les effectifs de chaque promo sont peu élevés. Donc si être dans des amphis bondés vous repousse, et que les matières enseignées vous intéressent, cette filière est faite pour vous ! Surtout que c'est mieux d'avoir un vrai accompagnement des profs.

Comme je l’ai dit, c’est une licence qui prépare au métier de prof des écoles ou de FLE (prof de français à l’étranger), notamment quand on prépare cette option.. Dans mon parcours, les cours de FLE étaient obligatoires au premier semestre, et j’y ai appris à noter des copies, à réaliser des cours entre autres.

Concernant les autres débouchés, il est possible de devenir linguiste (bac+8), ou linguiste informatique qui forme à bac+5, travailler dans la communication, l'édition mais surtout dans le traitement automatique des langues (TAL); certaines universités sont spécialisées dans ce dernier domaine comme Tours et Orléans. Mais je rappelle que les places sont moins nombreuses alors bien se renseigner avant.

Enfin, comme avec toutes les autres filières ou presque, vous pourrez passer un concours dans la fonction publique.

Si cette description vous a plu ou si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser !


— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle