J’ai arrêté mes études pour commencer à travailler.

Manon Bellet

Bonjour !

 

Si tu tombes sur cet article, c’est peut-être que tu hésites à arrêter tes études en milieu de cursus pour commencer à travailler.

Est-ce que c’est risqué ?
Est-ce que ça vaut vraiment le coup pour ta situation ?
Est-ce que tu peux t’en sortir facilement sans diplôme ?

Je vais essayer de t’aider dans ta réflexion.

Dans les lignes qui suivent, tu découvriras :
- Pourquoi j’ai décidé d’arrêter mes études pour entrer dans la vie active;
- Comment j’ai vendu mon profil pour obtenir un travail qui correspondait à mes envies;
- Où j’en suis 2 ans après avoir arrêté mes études et comment je vis ma vie sans diplôme;
- Mes conseils si tu envisages d’arrêter tes études.  

En plus de tout ça… 
Si tu es un.e étudiant.e qui hésite vraiment à mettre fin à son cursus pour se construire un projet professionnel par ses propres moyens…
Alors une surprise t’attend à la fin de l’article. 😉

 

Je me présente rapidement : Je m’appelle Manon, j’ai 22 ans et j’ai arrêté mes études en milieu de cursus il y a 2 ans.

J’étais très bonne élève au collège et au lycée.
Cela m’a permis d’entrer dans une école d’ingénieur (cursus en 5 ans).

Petit à petit, je me suis désintéressée des cours… Et j’ai pris la décision de partir à la fin de la 3ème année.
Je n’ai donc rien validé (même pas d’équivalence L3).
Je n’ai pas de diplôme.
Et j’ai commencé à travailler.

- Pourquoi cette décision soudaine ?
- Comment a réagi mon entourage ?
- Est-ce que j’ai eu du mal à trouver un travail ?
- Est-ce que je regrette ma décision 2 ans après ?

Je vais tout t’expliquer !

 

Rattrapages et CVs

 

Tu t’en doutes bien… Je ne me suis pas simplement réveillée un matin en me disant :
« Oh ! J’arrêterais bien mes études pour commencer à travailler ! »

Durant mes 6 derniers mois d’études, je ne réussissais plus à me motiver…
Je m’en voulais de ne pas travailler autant que j’aurais dû le faire, et donc… D’avoir de mauvais résultats scolaires.

J’avais toujours été bonne élève et donc je ne savais pas comment gérer ce désintérêt pour mes cours.
J’essayais chaque jour de me remotiver à travailler… En vain.

Je ne me levais plus le matin…
Je séchais de plus en plus de cours…
Je ne travaillais plus du tout…
Je faisais beaucoup de soirées…
J’allais aux examens sans même savoir de quoi ça allait parler.

Et durant ces 6 mois de décadence… À aucun moment (AUCUN !), j’ai pensé au fait d’arrêter mes études.
Pour moi, ça n’a jamais été une option envisageable.
Je devais juste réussir à me remotiver (ou à prendre sur moi) pour obtenir ce foutu diplôme.
Pour quoi faire ensuite ?
Aucune idée… Je me disais juste qu’il fallait avoir ce diplôme.

 

Spoiler : Je n’ai pas réussi à me remotiver pour cette fin de troisième année.
Je me suis forcée à aller aux examens.
Je ne connaissais rien.
J’ai fait acte de présence. (Littéralement)
Bien évidemment, je n’ai rien validé.
Il fallait que je passe tous les rattrapages en septembre.

J’ai réussi à me motiver à travailler pendant l’été. (Miracle !)
J’ai TOUT révisé minutieusement.
Vraiment.
J’étais trop contente d’enfin comprendre mes cours.

La semaine de rattrapages est arrivée, et je savais que j’allais réussir à valider mon année.
1er rattrapage : Ça passe.
2ème rattrapage : Réussi.
3ème rattrapage : Trop difficile… Ça m’énerve.
4ème rattrapage : Ça me soûle d’être encore dans une salle de classe.
5ème rattrapage : Je fais des gribouillis sur mon brouillon pour calculer combien je pourrais mettre de côté si je gagnais un SMIC pendant un an.

Durant la première semaine, j’avais déjà séché des cours, et donc je devais les rattraper.
Sans vraiment savoir pourquoi… Je commençais à envoyer des CVs, juste pour voir ce que ça pouvait donner.

 

Un lendemain de soirée

 

Le vendredi matin… Je me réveillais tard parce que j’avais fait une soirée.
J’avais encore loupé les cours du matin.
C’était comme si ma routine infernale de l’année d’avant recommençait…

J’avais un message d’une amie qui me demandait si j’allais venir en cours l’après-midi.
J’ai répondu que non… 
J’ai même répondu que j’allais arrêter mes études.

Est-ce que c’est une bonne chose de prendre une telle décision un lendemain de soirée ?
Je n’en sais rien.
Mais c’est ce que j’ai fait.

Franchement, à partir du moment où la décision était prise… Je me sentais déjà beaucoup mieux.

Et j’ai commencé à m’avouer beaucoup de choses :
- Ce n’est pas que je n’aimais pas mes études… Mais c’est que ça ne me passionnait pas plus que ça.
- La vie à laquelle me préparait mon diplôme ne faisait pas sens pour moi.
- Je n’en pouvais plus des salles de cours : je préfère apprendre les choses par moi-même au moment où j’en ai besoin.
- Mes derniers mois d’études en ont mis un coup à ma santé mentale et ça aurait pu devenir grave si je m’étais forcée à continuer.

 

J’ai annoncé ma décision à mes parents le jour même.
Ils n’ont pas vraiment apprécié la nouvelle… 
C’est normal : Ils s’inquiétaient pour moi. De leur point de vue, je venais de me tirer une balle dans le pied.
Ils ne voyaient pas comment je pouvais m’en sortir sans diplôme. D’autant plus que celui que je préparais me promettait une belle carrière d’ingénieure.

Si on résume :
L’annonce n’est pas super bien passée du côté de ma famille.
Mais ils ont vu que j’avais pris ma décision et que je ne changerais pas d’avis.
Donc… Même s’ils n’étaient pas convaincus, ils attendaient de voir les autres solutions auxquelles j’avais pensé pour mon avenir professionnel.
 

2 ans après… Est-ce que je regrette ?

 

Heureusement pour moi, une des start-up à laquelle j’avais envoyé mon CV m’a recontactée rapidement.
J’avais postulé en tant que commerciale.

J’ai entièrement assumé le fait que je venais d’une école d’ingénieur et que j’arrêtais mes études en milieu de cursus.
Je leur ai expliqué mon envie de développer mes appétences commerciales directement sur le terrain plutôt que de faire de nouvelles années d’études en école de commerce.

Je leur ai demandé un temps partiel.
Je voulais travailler seulement 3 jours par semaine.
(Oui j’étais difficile… au moins je savais ce que je voulais.)
Ils m’ont demandé mes prétentions salariales… Je leur ai dit 1500 € par mois.
Ils ont accepté.

Cela faisait une semaine que j’avais arrêté mes études. J’avais trouvé un travail.
Et ce n’était pas un simple travail alimentaire !
C’était un travail bien payé pour le peu d’heures que je faisais et qui me permettait de monter en compétences.

Autrement dit :
Non je n’ai pas eu de difficultés à trouver un travail sans diplôme.

(Après - et ce n’est pas pour me vanter mais pour nuancer mes propos - il faut prendre en compte que mes appétences commerciales m’ont bien aidée pour trouver l’emploi.)

 

Cela fait 2 ans que j’ai arrêté mes études.

- J’ai déménagé 4 fois;
- J’ai changé de travail 3 fois;
- J’ai démarré une micro-entreprise;
- J’ai connu bien plus de réussites et d’échecs que j’en aurais connu en étant étudiante;
- J’ai adopté un petit chien;
- J’ai commencé à épargner (grâce à mes différents emplois) pour de futurs gros voyages.

J’ai appris à apprendre : Je continue de m’instruire chaque jour, et ce, sans école.
J’ai eu plus de temps pour moi… Ce qui m’a permis de réfléchir au sens que je voulais donner à ma vie.
J’ai pu me rendre compte que le « métro-boulot-dodo » n’était pas du tout fait pour moi.
Je sais que jamais je n’essaierai d’entrer dans un grand groupe, et donc, qu’un diplôme d’une grande école n’apportera pas beaucoup de valeur à mon profil.

Donc… Est-ce que je regrette d’avoir arrêté mes études ?
Non. 
Bien évidemment.

 

Est-ce que tu dois arrêter tes études ?

 

En tout honnêteté, je n’ai pas de réponse précise à cette question car je ne connais pas ta situation.

Si tes études plombent ta santé mentale… Peut-être que ce serait une bonne idée d’y réfléchir.

Est-ce que ce sera une décision facile à prendre ? 
Non, pas forcément.

Est-ce que tu trouveras un travail aussi rapidement que moi ? 
Ça dépend… Si tu t’y prends correctement, alors oui, tu peux réussir.

Est-ce que tu regretteras ton choix ? 
Je ne pense pas. Si tu as le courage d’arrêter tes études, c’est que tu dois avoir de bonnes raisons de le faire.

Dans tous les cas, je pense qu’il n’y a pas qu’un seul moyen de réussir sa vie.
Il existe des chemins moins fréquentés… Comme celui de construire son projet professionnel sans diplôme.


Si tu as besoin de plus de réponses à tes questions - ou si tu as aimé le contenu de cet article - alors tu vas être intéressé.e par mes emails quotidiens.

Je t’envoie un email par jour pour t’accompagner dans l’arrêt de tes études (et t’aider à construire ton projet de vie) en cliquant ici.

Ne loupe pas le prochain mail.
Il part demain, à 5h45.

 

Tous les articles de cet Advisor

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle