Trouver un travail grâce à ses compétences, mais sans diplôme... C’est possible ?

Manon Bellet

 

Si tu tombes sur cet article, c’est peut-être que tu hésites à te lancer dans la vie active sans diplôme.

Ou bien que tu te demandes ce que ça ferait si tu arrêtais tes études en milieu de cursus.

Ou simplement que tu es curieux.euse de savoir si ta vie serait difficile sans diplôme.

 

Personnellement…

Cela fait maintenant 2 ans que j’ai arrêté mes études en milieu de cursus.

J’ai donc pu traiter longuement le sujet.

 

Je te donne donc mon retour d’expérience, et mon avis, dans cet article.

 

Tu découvriras notamment :

 

- Si je me suis déjà faite recalée en entretien à cause de mon absence de diplôme ou pas;

- Si j’ai réussi à obtenir de bons postes sans diplôme;

- Si ma vie est plus difficile sans diplôme ou non;

- Si tout le monde peut réussir sa vie sans diplôme.

 

(Ça fait beaucoup de « sans diplôme » tout ça lol.)

 

 

Et en plus de tout ça…

Si tu es un.e étudiant.e qui hésite vraiment à mettre fin à son cursus pour se construire un projet professionnel par ses propres moyens…

Alors une surprise t’attend à la fin de l’article. 😉

 

 

Petite mise en contexte.

 

Moi c’est Manon.

J’ai 22 ans.

J’étais en école d’ingénieur.

C’était un cursus en 5 ans.

J’ai arrêté à la fin de la 3ème année.

Je n’ai donc rien validé.

(Même pas d’équivalence Licence 3 ou autre.)

 

Quand j’ai arrêté mes études, on m’a souvent dit :

« Mais comment tu vas faire pour trouver un travail sans diplôme ? »

« Tu n’as rien validé, tu aurais pu prendre sur toi pendant encore 2 ans. »

« Tu n’as aucune expérience, ça va être difficile de t’en sortir en entreprise. »

 

Moi j’entendais :

« Tu es vraiment nulle d’abandonner comme ça. »

« Ton profil ne vaut rien actuellement. »

« Tu ne vas jamais t’en sortir et tu vas devoir reprendre des études. »

 

Je me suis vexée.

Et comme j’ai beaucoup d’égo…

J’ai fait ma tête de mule et j’ai voulu prouver à mon entourage que je pouvais trouver un travail sans problème, même sans diplôme.

 

Malgré toutes les fois où l’on m’a dit  « Nous vivons dans une société où pour s’en sortir, nous devons avoir un diplôme. » …

Je suis restée convaincue que les compétences étaient plus importantes qu’un bout de papier à la sortie d’une école.

 

 

J’avais une semaine pour trouver un travail…

 

Voyant mon entourage s’inquiéter pour moi et ne croyant pas au fait que je puisse trouver un travail sans diplôme…

Je me suis lancée un défi.

Je leur ai dit :

« Je vous parie que je peux trouver un travail en seulement une semaine. »

 

Je me suis donc lancée dans des recherches méthodiques.

Il fallait que je trouve des entreprises qui seraient plus regardantes sur les compétences que sur le diplôme.

Je me suis donc tournée vers les start-ups.

 

J’ai su mettre en avant mon profil technique grâce à mes 3 années d’école d’ingénieur.

J’ai aussi vendu mes appétences commerciales grâce à mes expériences associatives.

Cela a plu à une start-up qui recherchait un commercial pouvant s’adapter facilement à leur offre de prestation qui était très technique.

 

J’ai été prise en moins d’une semaine.

J’avais réussi mon pari.

 

 

Malheureusement ça n’a pas suffi.

 

J’avais réussi à trouver un travail sans diplôme.

Mon salaire était plus que correct.

Je réussissais à vivre sans l’aide de personne.

Tout était censé aller pour le mieux.

 

Malheureusement…

Il y avait encore quelques petits choses qui n’allaient pas pour moi.

 

Premièrement, je me suis rapidement lassée de mon travail.

J’adore la vente pour comprendre la psychologie humaine…

Mais je n’aime pas la prospection.

Et mon travail consistait en grande partie à faire de la prospection.

 

Deuxièmement, je voyais bien que mon entourage n’était pas convaincu par mes choix professionnels.

Certes j’avais un travail.

Mais ça restait un petit poste.

Dans une toute petite entreprise.

 

À leurs yeux…

Je ne gagnais pas ma vie.

Et je n’avais pas beaucoup de perspectives d’évolution.

À leurs yeux…

J’étais dans une situation précaire.

 

Mon égo en a pris encore un coup.

Et donc je voulais leur prouver que je pouvais faire bien mieux.

Je voulais leur prouver que mes compétences pouvaient me permettre d’avoir directement un gros poste dans une grosse entreprise.

 

 

Et donc j’ai postulé dans 2 grosses entreprises…

 

Mon CV était plutôt complet.

J’avais suffisamment de connaissances techniques pour comprendre les projets réalisés par les cabinets de conseils en ingénierie.

Et surtout, j’avais des compétences commerciales que beaucoup d’étudiants n’ont pas à la sortie de l’école.

 

En fait, au moment où je postulais pour ces grosses entreprises…

J’avais déjà 2 expériences différentes en tant que commerciale pour vendre de nouveaux concepts technologiques.

Et j’avais 3 ans d’expérience en Junior-Entreprise (en tant que responsable développement commercial, puis en tant que présidente).

 

La Junior-Entreprise fonctionne sur le même principe qu’un cabinet de conseils.

On prospecte des clients qui ont besoin d’aide pour la réalisation de leurs projets.

Puis, on signe avec eux un contrat d’accompagnement.

Enfin, on recrute et on manage des consultants pour la réalisation du projet.

 

Donc tout ça…

Je l’avais déjà fait pendant 3 ans.

J’avais déjà les compétences pour être une bonne Ingénieure d’Affaires et travailler dans un cabinet de conseil.

 

Et en effet…

J’ai fait 2 candidatures dans 2 multinationales différentes.

Et j’ai été prise en entretien les 2 fois.

 

 

Ils adoraient mon profil mais…

 

Si on résume l’entretien…

Mon profil était parfait pour le poste car - grâce à mon expérience en Junior-Entreprise - je connaissais déjà le métier.

Ils voyaient que j’étais à l’aise à l’oral et que ça pourrait très bien se passer avec leurs clients.

Ils n’auraient pas trop à me former et je pourrais être très rapidement efficace pour le poste.

 

MAIS.

Je n’avais pas de Bac+5.

Donc ils ne pouvaient pas me prendre.

Voilà voilà.

 

Le premier RH m’a dit qu’il pouvait me prendre en alternance.

Pour que j’obtienne le poste suite à l’obtention du diplôme.

Sauf que je n’avais pas envie de reprendre des études juste pour reprendre des études.

D’autant plus qu’il m’a dit lui même que j’avais déjà les compétences pour le poste.

Donc j’ai refusé.

 

Le deuxième RH m’a dit qu’il ne me prendrait pas dans tous les cas.

Et ce n’était pas du tout méchant de sa part.

Il ne pouvait rien faire pour moi.

Sa direction n’accepterait pas mon profil sans Bac+5.

 

En bref…

Mon égo en prenait encore un coup.

J’avais les compétences.

Mais on refusait de m’embaucher juste pour un bout de papier.

 

Une partie de moi était dégoutée.

Et pourtant…

Une partie de moi était soulagée.

 

 

Je cherchais sans but.

 

Soyons honnêtes…

Si j’avais vraiment voulu ce poste d’Ingénieur d’Affaires, j’aurais simplement repris une alternance.

 

Ici, je voulais simplement me prouver à moi-même, et à mon entourage, que je pouvais avoir une belle carrière d’ingénieure, sans diplôme.

Mais…

Est-ce que c’était vraiment le métier auquel j’aspirais ?

Je ne pense pas.

 

J’ai arrêté mes études car je n’en pouvais plus des cours.

Je n’en pouvais plus de dépendre d’un système qui ne me convenait pas.

Je voulais apprendre par moi-même les compétences dont j’avais besoin… Au moment où j’en avais vraiment besoin.

 

Je n’en pouvais plus de me lever le matin, pour aller travailler toute la journée, et pour être super fatiguée le soir.

Et tout cela…

Sans vraiment savoir pourquoi.

 

Lorsque je travaillais en start-up, le métro-boulot-dodo ne me convenait pas non plus.

Certes, j’avais un salaire qui me permettait d’être indépendante financièrement.

Mais je n’aimais toujours pas ma vie.

 

Alors est-ce que devenir Ingénieure d’affaires juste pour impressionner mon entourage était une bonne idée ?

Bien sûr que non.

 

 

Alors comment s’en sortir sans diplôme ?

 

Ça fait peur hein ?

Il n’y a pas de mode d’emploi ou de centres d’orientation prévus pour les personnes sans diplôme.

On va tout de suite imaginer que les seuls boulots possibles sont de petits jobs étudiants pour arrondir les fins de mois ou bien devenir entrepreneur.

 

Personnellement aujourd’hui, je suis entrepreneure.

Je travaille en tant que freelance et je crée mes propres formations.

C’est comme ça que je suis épanouie, et je suis heureuse d’avoir enfin trouvé une voie qui me correspond vraiment.

 

Mais bien sûr ce n’est pas le seul moyen.

N’oublie pas qu’avant ça j’ai travaillé en start-up en tant que commerciale.

Et pour cela, j’ai développé des compétences commerciales par moi-même.

 

Donc oui, tu peux devenir autodidacte.

Et tu peux te faire embaucher dans de petites entreprises.

Même sans diplôme.

En effet, le budget étant serré… Elles préfèreront recruter une personne autodidacte qui a bien cerné leurs problématiques plutôt qu’une personne avec un diplôme cherchant un emploi par-ci par-là.

 

Par contre…

Si par exemple, tu veux faire médecin ou bien obtenir un poste d’ingénieur dans une grosse entreprise dès ton début de carrière…

Tu dois faire des études et obtenir un diplôme.

 

C’est à toi de chercher quel type de carrière te correspond le mieux.

 

 

 

Si tu te poses encore des questions concernant ta situation, alors tu vas être intéressé.e par mes emails quotidiens.

Je t’envoie un email par jour pour t’accompagner dans l’arrêt de tes études (et t’aider à construire ton projet de vie) en cliquant ici.

Ne loupe pas le prochain mail.

Il part demain, à 5h45.

 

A très vite !

Manon.


— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle