En route vers le journalisme

Discutez gratuitement avec Océane de votre projet d'orientation

1. Le journalisme depuis toujours

D'aussi loin que l'orientation me parle, c'était d'abord des envies de devenir photographe qui me démangeaient. Mais le secteur étant bouché, je ne me suis pas trop attardée dessus et je me suis plutôt tourné vers le journalisme. Dès mon entrée au lycée c'était une certitude ! Le choix de l'école à été fait plutôt aléatoirement car mon plan A était de partir faire mes études au Québec. Quelques soucis m'ont obligé à revoir mes plans et me voilà à m'inscrire en urgence dans une école post-bac où j'avais passé les concours : l'ISCPA à Paris.

2. Entre théorie et pratique

Les formations en journalisme se ressemblent d'une école à l'autre et ont la qualité d'être "touche à tout". En première année les longues heures de théorie m'ont plutôt faire peur, j'avais pas signé pour ça... Mais c'est une étape non-négligeable pour construire une culture générale et devenir un "bon" journaliste. Entre trois cours théoriques, un cours pratique et ça, ça motive. Passer sur un plateau télé, en studio radio et réaliser ses propres magazines, ça donne tout de suite des airs de grands. En dehors des cours on a pas mal de temps libre qu'il faut réussir à organiser entre révisions de partiels, rendus de projets et sorties avec les potes, en bref, une vraie vie d'étudiant !

3. Petits challenges pour une grande réussite

Les études de journalisme ne sont pas dures en soi. Si t'aimes ça, tu ne vois pas le temps passer. Les cours sont construits comme si nous étions déjà de vrais journalistes alors le seul grand challenge à surmonter serait celui de croire en soi. C'est un milieu de compétition alors autant commencer dès le début à avoir confiance. L'autre problème c'est sans doute de gérer les révisions des partiels, pas facile de s'organiser et s'y prendre deux jours avant, c'est pas la bonne solution (connaissance de cause...) mais encore une fois quand t'aime ça, c'est comme les chats, tu retombes toujours sur tes pattes.

4. Adaptation et curiosité

J'ai su m'adapter très vite aux études supérieures, comme un poisson dans l'eau. L'adaptation c'est primordiale parce que ça regroupe l'autonomie, l'organisation... Mais en journalisme la plus grande qualité c'est la curiosité. Si je ne m'intéresse pas au monde qui m'entoure, à l'actualité, aux situations des pays, etc, c'est fichu : je ne peux rien écrire et surtout, je ne comprends rien en cours sinon.

5. Un secteur difficile à comprendre

Je souhaite maintenant changer de ville et donc d'école mais toujours dans le but d'obtenir un master en journalisme. Je suis donc bien renseignée sur toutes celles que l'on trouve en France et même à l'étranger. Les formations en journalisme sont souvent mal expliquées sur internet et j'ai su peu à peu démêler tout ça. Mon petit bout de chemin déjà parcouru dans cette formation me permets d'expliquer facilement le contenu de mes cours, mon expérience, mes doutes mais aussi mes échecs.

BAC +3 (Bac L)

Océane, 21 ans

Domaines d'études : Journalisme

Mon futur métier : Reporter de guerre ou documentariste dans le monde

199 avis

Voir profil