La réorientation après la PACES

Discutez gratuitement avec Margaux de votre projet d'orientation

1. Le déni

Après avoir échouer en médecine si près du but, il faut se l'avouer, j'étais en deuil. Je savais que je devais passer les 5 étapes de ce deuil et ce n'est pas chose facile quand devenir médecin était le rêve de ta vie et que tu réalises au fur et à mesure, que ce rêve est terminé. Il faut réussir à passer à autre chose, il faut se relever et avancer car l'échec en médecine n'est pas une fatalité ! J'ai donc dû accepter mon échec, et ce assez rapidement car je devais trouver une autre voie et commencer de nouvelles études dès le semestre suivant. 

Le jour où j'ai appris que je n'étais pas admise en médecine, c'était d'abord le choc, le déni. Je regardais mes notes sur inernet et je n'acceptais pas ce que je voyais. "Ça ne peut pas être mes notes !", "Ils ont dû se tromper". Je rechargeais la page toutes les minutes pour être sûr de ce que je voyais. Je me croyais en plein cauchemard ! 

 

2. Colère et négociation

Au bout de quelques minutes, j'ai bien dû réaliser que si, c'était mes notes et que oui, je n'étais pas admise à réaliser mon rêve. Une vague de tristesse s'est alors emparée de moi qui s'est rapidement transformée en colère car oui, j'étais en colère pour plein de raisons. J'avais donné tellement pour réaliser ce rêve et en une fraction de seconde, on me l'avait brisé. J'ai donc critiqué tout le cursus, la fac, les autres étudiants qui arrivaient réussi, la prépa : tout ce qui s'était mis sur le chemin vers mon rêve. 

Mes parents m'ont rapidement poussé vers la 3ème étape du deuil : la négociation. Nous avons appelé le doyen de la fac pour comprendre mes notes d'oraux qui étaient à mon sens non légitimes. Évidemment, le doyen a refusé de me réinscrire et de m'expliquer mes notes. J'ai donc cherché à faire médecine à l'étranger mais idem, ayant déjà passé 2 fois le concours en France, je n'étais pas autorisé à faire le concours en Belgique. 

3. Dépression et acceptation

S'en est suivi, la plus longue et difficile étape : la dépression et la douleur. Période très difficile pour moi. Je devais aller à la fac de bio, j'étais séparée de mes amis de médecine qui avaient pris des voies différents. Je me retrouvais donc seul, sans réel soutiens (du moins, pas le soutiens que je souhaitais réellement). Toute la journée, je souriais et mentais sur mes sentiments. Alors que je passais mes nuits en pleur sous ma couette. De plus, je cherchais un sens à ma nouvelle vie, une réorientation possible mais je n'acceptais pas encore que je ne serai jamais médecin. 

Heureusement, je me suis fait de nouveaux amis en bio. Des amis qui avaient vécu exacatement la même chose que moi et qui étaient autant perdus que moi pour le futur. Et ce fut l'acceptation. Ce moment où je me suis dit "Ok, tu ne seras pas médecin mais il y a pein d'autres métiers magnifiues que tu peux faire !".

4. Mon avenir ?

Après l'acceptation, j'ai donc cherché ce que j'allais faire de ma vie. Et curieusement, j'ai trouvé plusieurs plans de secours. Cela m'a d'ailleurs encore plus permis d'accepter mon futur hors de la médecine. J'étais rassurée de voir que oui, il y avait une vie en dehors de la médecine et que ce n'était pas qu'une légende. 

Pour savoir ce que l'on veut vraiment faire, il faut d'abord savoir ce que l'on ne veut vraiment pas. Je savais que je ne voulais pas devenir ingénieur et que je en voulais pas me détacher de la santé. Ces deux critères m'ont beaucoup guidé dans mes recherches. 

Plusieurs idées ont donc émergé en parlant avec mon entourage. Je suis en 2ème année de licence de biologie et le parcours logique serait que je fasse un master suivi d'un doctorat. Mais j'ai aussi eu d'autres idées comme infirmirmière, diététicienne, ostéopathe... En cherchant bien, en faisant des recherches sur les cours suivis pendant la formation et le futur du métier, je me suis rendue compte que ce qui me plairait vraiment, ce serait de de venir orthophoniste !

5. Un futur incertain MAIS un futur !

Psychologiquement parlant, je pense que j'ai besoin de finir ma licence de biologie. J'ai besoin d'une concrétisation à cette année pour me dire que "Oui, cela a servi à quelque chose, tu n'as pas perdu de temps".

C'est d'ailleurs un point important que j'ai oublié d'aborder. Je peux vous affirmer avec certitude que tous ceux qui sortent d'une année de médecine, en ressortent grandit. Vous en apprenez tellement sur vous et sur vos capacités que vous en devenez presque invaincible. A chaque difficulté, je me dis "J'ai survécu à la médecine, je peux tout faire", et c 'est vrai ! La médecine vous permet d'explorer des compétences que vous ne soupçonniez même pas. 

Mon futur : finir ma licence et m'inscrire pour les concours d'orthophonie. Si je ne suis pas admise, je pourrai toujours faire un master !

En conclusion, mon futur est encore flou MAIS j'ai un avenir en dehors de la médecine !

BAC +2 (Bac S)

Margaux, 19 ans

Domaines d'études : Santé, Médical, Santé, Médical

Mon futur métier : Orthophoniste