Les trois grands types d'école d'art : comment se repérer ?

Sophia Moussaoui

— Introduction

S'il y a bien une chose que mon expérience d'étudiante en art, d'artiste, de professeure et d'advisor, m'ait apprise, c'est combien se repérer dans les formations proposées en art peut s'avérer être un terrible labyrinthe. Combien de fois ai-je vu de jeunes étudiants changer d'un coup d'école, ou arrêter une formation au bout de quelques mois, car celle-ci ne correspondait pas à leur recherche ! Bien qu'il n'y ait rien de mal à se tromper, et qu'au contraire, chaque formation vous apportera son lot de nouvelles expériences... Il est aussi bien de trouver ce que l'on veut, tout de suite. Alors si vous vous êtes déjà dit : "je veux faire des études d'art, mais je ne sais absolument pas où aller !", voici un article fait pour vous et écrit par une nana qui a expérimenté pas mal d'écoles différentes.

 

Pour vous expliquer rapidement mon parcours : j'ai fait 3 ans à l'ESA Tourcoing (les beaux-arts quoi), 1 an de Licence 3 à Lille3 (la Fac quoi), 1 an à Emile Cohl à Lyon (les arts appliqués quoi) et enfin, un master mélangeant l'EESI Angoulême et l'Université de Poitiers (Beaux Arts + Fac, l'ultime fusion). Je n'ai pas fait ce parcours, ma foi tumultueux, parce que j'étais paumée, mais bien parce que je recherchais un enseignement précis dans chaque école. Ce parcours atypique a fait de moi une autrice/dessinatrice de BD fusionnée à une bonne théoricienne de l'art.

— 1- L'Université, pour la théorie de l'art.

Dans les écoles publiques et donc peu coûteuses, on retrouve en premier : L'université ! La fac propose plusieurs formations en arts se caractérisant par : l'histoire de l'art et les arts plastiques. En histoire de l'art, la formation est purement théorique et fera de vous un bon historien de l'art, si la pratique ne vous intéresse pas et que vous avez une passion pour l'art plus ancien : c'est par ici. Dans les arts plastiques, quant à eux, poussent à étudier davantage l'art contemporain et proposera aussi quelques cours pratiques. Bien évidemment ceux-ci seront minimes à côté des cours théoriques qui prendront la majorité de votre emploi du temps.

De mon point de vue, commencer par la fac peut être bénéfique si vous êtes un peu paumé dans ce que vous voulez étudier en art. Qui plus est, la licence en arts plastiques propose des cours pratiques faisant appel à de nombreuses techniques. Ainsi en licence 3, j'avais pu y faire de la gravure, du dessin, du son, de la PAO (Publication Assistée par Ordinateur), etc. Bien que je maîtrisais ces media depuis quelques années, pour quelqu'un curieux et se cherchant encore en tant que potentiel artiste, ça ne peut être que bénéfique. 

 

En licence d'arts plastiques, vous aurez aussi accès à des cours d'histoire de l'art, d'esthétique de l'art (philosophie), d'étude de l'art contemporain, etc. Certains cours peuvent varier en fonction des universités. Ainsi, je vous conseille vivement de regarder les plaquettes d'information et de ne pas hésiter à demander des précisions sur le contenu de certains cours auprès de la fac. L'entrée à la fac se fait sur dossier et, pour ceux voulant rejoindre une année spécifique, sur un dossier de validation des acquis.

Après une licence en Arts Plastiques, il est évident qu'il est très difficile d'avoir un emploi... Généralement, la licence amène à différents masters. Les débouchées sont multiples : Professeur.e d'arts plastiques avec le master MEEF (personnellement, je suis devenue prof sans ce master précis, je suis contractuelle), médiateur.trice dans les expo/musées, voir même commissaire d'expo. Il peuvent amener aussi vers un doctorat pour continuer dans la recherche en art, et aller vers des métiers tels que maître.esse. de conférence ou professeur.e chercheur.se. 

NB : La fac permet l'accès aux bourses et logement du crous, elle propose aussi des nombreuses aides pour les élèves qu'ils soient pour l'achat de matériel ou encore, pour la nourriture, des assistants.es sociaux, des psychologues, etc. Les frais de scolarité sont gratuits pour les boursiers. 

— Les écoles privées, pour apprendre la technique.

Dans mon parcours, j'ai aussi fait 1 an à l'école Emile Cohl à Lyon : une école privée qui me vaut 7 ans de remboursement de prêt (*insérer photo de chat qui pleure*) mais qui m'a permis d'apprendre la technique et de devenir une dessinatrice solide. Les écoles privées, outre leur côté onéreux, proposent des formations souvent de haute qualité avec de nombreux partenariats avec des grandes boîtes comme Ubisoft, Disney, etc. Si ce qui vous intéresse, ce sont les métiers de l'animation et du jeux vidéo... Vous êtes dans le bon paragraphe !

 

Les écoles privées sont très nombreuses en France et proposent généralement des formations en 2 cycles : un premier cycle pour apprendre toutes les techniques nécessaires à la spécialisation arrivant en 2nd cycle. Le 1er cycle est un bachelor de 3 ans, le 2nd un master de 2 ans. Ces écoles proposent aussi généralement des prépa pour bien apposer les bases nécessaires à la réussite de votre apprentissage futur. Bref, si vous voulez devenir un excellent technicien, vous ne trouverez rien de mieux que ces écoles privées.

Les cours se composent principalement d'heures de pratiques diverses et variées où vous apprendrez le dessin, la peinture, la sculpture, la 3D, l'animation, etc. Le tout sera parsemé de quelques petits cours théoriques. L'entrée en école privée se fait sur concours, avec une épreuve de dessin puis un entretien oral auprès d'un jury avec votre book.

Cependant, avant de s'engager dans une école privée, il y a plusieurs choses à vérifier. Celles-ci étant particulièrement onéreuses, il serait dommage de griller son argent dans une formation qui n'aboutis à rien. Premièrement, si vous espérez avoir une bourse : vérifiez que le diplôme est reconnu par le ministère de l'éducation et renseignez-vous auprès de l'école pour savoir s'il est possible d'avoir la bourse ! En dehors de ça, la reconnaissance n'est pas si nécessaire, car les écoles privées compensent par leur implication dans l'insertion professionnelle des élèves.

 

Ce qui nous mène à notre second point : vérifiez le réseau de l'école ! Une école privée se doit avoir de gros partenariat pour permettre une bonne insertion professionnelle ! Renseignez-vous aussi sur ce que sont devenus les anciens élèves et sur le parcours des enseignants ! Les enseignants sont souvent des mastodontes de l'industrie et peuvent ouvrir de nombreuses portes à leurs étudiants.

 

NB : Sachez que les écoles privées ont souvent des partenariats avec l'étranger (Canada, USA, parfois Japon, etc.) et permettent de se faire une place dans l'industrie à l'international !

 

Troisièmement : il FAUT faire les portes ouvertes ! Il est super important de voir les travaux des élèves et la qualité d'enseignement que propose l'école. Il est aussi très important d'aller tâter le terrain et de voir l'ambiance de l'école. Les écoles privées peuvent être des lieux extrêmement stressants, où le travail demandé est parfois titanesque. Il est important que vous soyez informés de l'expérience des élèves, de leur état pour voir si ce genre de formations vous correspond. Beaucoup d'étudiants finissent dégoûtés par le dessin à cause du rythme trop soutenu de ces écoles, de leur univers, etc. Face à un tel investissement financier, ne négligez jamais votre santé mentale et physique ! Je parle d'expérience : votre santé passe avant tout ! Certaines écoles privées sont plus à l'écoute de leurs élèves et comprennent leurs faiblesses, tandis que d'autre font le choix de les ignorer et de les pousser quitte à en briser certains. Donc renseignez-vous et écoutez-vous : votre intuition première est souvent la bonne.

 

Financièrement, les écoles privées sont plus ou moins chères selon les formations (entre 4000 et 9000€ l'année + des frais d'incription montant parfois à 950€ et de nombreuses dépenses en matériel...). Vous pouvez choisir de payer en plusieurs fois, voir pour des arrangements avec l'école, faire un prêt étudiant (pour ceux qui n'auraient pas de garant, l'État peut se porter garant de vous !). Ces solutions peuvent évidemment être terrifiantes, mais sachez qu'elles existent.

Enfin, sachez que si vous voulez apprendre des bases de dessin pour ensuite développer vous-même vos capacités, c'est tout à fait possible et ce sera extrêmement enrichissant ! Je ne serais jamais la dessinatrice que je suis si je n'avais pas décidé de faire une première année à Cohl après ma licence ! 

NB : Quelques noms d'écoles privées qualitatives dans leurs formations -> Émile Cohl, Isart Digital, Les Gobelins, LISAA, ...

— Les Beaux-Arts, pour les aspirants artistes en quête d'eux-mêmes.

Enfin, mon sujet préféré, les Beaux-Arts. Je mentirais si je disais que mes années Beaux-Arts n'ont pas été parmi les meilleurs de ma vie... Les Beaux-Arts, c'est un monde à part, vous n'y apprendrez pas beaucoup de techniques, vous aurez un peu de cours théoriques, mais dans vos cours, vous apprendrez autant à vous débrouiller avec pléthore de média qu'à développer une réflexion artistique. Les Beaux-Arts, c'est un lieu où on mûrit énormément et on apprend à se connaître. On apprend à trouver ce qu'on veut exprimer, quelles pratiques artistiques on veut développer et comment défendre nos travaux. L'entrée aux Beaux-Arts se fait sur concours avec une épreuve plastique, une épreuve de culture G, une épreuve d'anglais et, enfin, un entretien autour de votre book avec un jury.

En France, on trouve des écoles des Beaux-Arts dans toutes les grandes villes, chaque Beaux-Arts a sa spécialité ! Il est donc important de se renseigner avant de s'y inscrire ! Par exemple, les Beaux-Arts d'Angoulême sont excellents pour ceux voulant travailler la BD ou l'animation. Les Beaux-Arts sont des écoles publiques, rattachées au ministère de l'éducation. Ce sont donc des écoles gratuites, où il faudra payer des frais d'inscriptions (généralement autour de 400-500€, payable en plusieurs fois) et ce seront vos seuls frais à avancer pour l'année en dehors du matériel (on dépense moins en matos aux Beaux-Arts que dans les écoles privées, et les écoles proposent parfois des budgets pour acheter le matériel pour vos diplômes).

Les diplômes aux Beaux-Arts sont, pour les 3 premières années, un DNA (Diplôme National d'Arts) ayant le grade de licence. Puis un DNSEP (Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique) de 2 ans ayant le grade de master. Certains Beaux-Arts proposent aussi des formations CE2A, qui sont une 6ème année après un DNSEP ou un Master et servant de formation pour être professeur notamment aux Beaux Arts. 

Le 1er cycle, DNA, aux B-A se compose d'une première année où vous devrez toucher à toutes les pratiques proposées par l'école puis, progressivement, vous vous spécialiserez en 3ème année dans un axe ou un petit référentiel de pratiques. Ensuite, le 2nd cycle déterminera votre identité d'artiste, vous produirez des travaux aboutis avec une pratique et une réflexion affirmée. 

 

NB : Certaines écoles d'art publiques proposent aussi d'autres formations comme des DNMADE (voir l'école Estienne à Paris) qui peuvent être très intéressantes et professionnalisantes ! Il est aussi à noter qu'il existe des prépa publiques permettant d'avoir des bases tout en prenant le temps de réflechir sur son avenir dans telle ou telle école !
 

Il est aussi à savoir que tous les Beaux Arts ne se valent pas ! Certains proposent des formations bien moins qualitatives que d'autres : encore une fois, les portes ouvertes et les témoignages d'étudiants seront votre meilleure arme ! Renseignez-vous et faites vos recherches ! 

Les Beaux Arts ouvrent de nombreuses portes dans les métiers d'arts tels que artiste-plasticien.ne (bien qu'il soit difficile d'en vivre), auteur.trice de livre/BD (notamment à Angoulême), illustrateur.trice., professeur, médiateur d'expo, commissaire, d'expo, etc.
Enfin, les Beaux Arts demandent une grande autonomie dans le travail, c'est un univers très libre où il ne faut pas hésiter à faire appel aux professeurs de vous-même ! C'est un lieu d'expérimentation, de découverte de soi et des autres. C'est un univers extrêmement stimulant pour tout aspirant artiste !


NB : tout comme la fac, les Beaux-Arts permettent un accès aux bourses et logements du Crous.

— Conclusion

Bien que cet article soit assez complet, évidemment, il ne traite pas des formations pour les métiers d'art ou pour des métier comme le graphisme par exemple. Je me suis essentiellement concentrée sur l'étude des arts plastiques en eux-mêmes plus que sur l'artisanat.  

Je profiterai de cette conclusion pour vous donner quelques conseils :

-Soyez mobiles ! En art, il faut savoir bouger ! Si vous voulez étudier ce qui vous éclate vraiment, sachez bouger !! Cela ne sert à rien de faire 5 ans dans une école qui ne vous apporte rien.

-Ne pas avoir de projet professionnel précis : CE N'EST PAS GRAVE ! Surtout si vous êtes jeunes et sortez tout juste du lycée !! Vous avez le temps de vous découvrir et de trouver ce qui vous éclate, ce qui vous fait vibrer et ce que vous voulez. Si vous êtes indécis, prenez déjà le temps d'une prépa (publique comme privée) ou d'une MANAA (Mise à niveau en Arts Appliqués) pour vous découvrir !

-Gardez l'esprit ouvert ! "J'adore le dessin moi, je ne veux pas faire de photo !", franchement : ESSAYEZ, ça coûte rien et ça nourrira toujours votre pratique personnelle. Soyez aussi ouvert à l'art contemporain... Oui ça a l'air d'être perché et complètement n'imps, mais croyez-le ou non, c'est bien plus réfléchi que vous ne le pensez ! Mais c'est avec ces nouvelles expériences que vous saurez davantage qui vous êtes en tant qu'artiste !

-Ne négligez pas votre santé, mentale comme physique ! Sachez vous écouter, dire stop et demander de l'aide ! Il n'y a rien de plus triste que de voir un étudiant complètement brisé qui, au final, abandonne sa passion par trauma ! Vos études sont importantes, mais votre vie et votre santé le sont davantage.

-Il n'y rien de mal à se "tromper" dans son parcours et à se réorienter ! Vraiment, vous n'aurez que davantage appris sur ce que vous voulez et ne voulez pas, c'est de l'expérience !

 

Voilà, j'espère que cet article permettra à nombre d'entre vous de sortir du flou intersidéral des écoles d'art ! Courage à tous, et que le sort vous soit favorable !


L'illustration de couverture n'est autre que la mienne. Ainsi je m'auto-crédite. C'est important de créditer les artistes, ne l'oubliez pas !

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle