En route vers mon métier - Partie 1

Rhyalène B

— Les prémices

Il nous est souvent demandé au cours de notre vie de faire des choix parfois difficiles tels que celui de choisir son orientation qui consolidera, on l'espère, notre choix de carrière professionnelle mais qui ferait jaillir mille et une question sans parler de la pression parentale. L'année de Terminale a été pour moi, une année dans laquelle je me cherchais, je réfléchissais à mon avenir sans trop savoir ce que je voulais ou aller faire. C'est vrai que plus jeune quand on me demandait "qu'est ce que tu feras comme métier plus tard?" je repondais tout bêtement "docteur ! Comme papy!" sans prendre en compte de mon hématophobie (la peur du sang). En grandissant, il était hors de question que mes parents choissent pour moi ou que je choississe telle filière parce que "ma copine Léa a choisit de faire du droit." ou "mon papy est docteur."

 

Issue d'un métissage, j'aimais les langues, j'en inventais aussi, je jouais avec les langues, les mots, mes mains et traduisais d’une langue à une autre sans m’en apercevoir, c’était inné et très naturel ; loin d'imaginer qu'après le BAC, je me tournerais vers une fillière linguistiqu, moi qui en grandissant, avais d'autres rêves en tête ceux de devenir- architecte d'intérieur, membre du GIGN, comptable ou weeding planner - tout en me disant "si cela ne me plait pas, j'arrête tout pour devenir professeur d'anglais". 

Après le BAC, j'ai fait une licence en LEA (Langues Etrangères Appliquées) option TRADUCTION - une horreur - . J’ai dû arrêté mes études durant un an et demi et chaque jour; je cherchais, je me questionnais sur mon avenir, ma reprise d'études dans toutes les fillières possibles sauf celle-ci. Quelques recherches et documentations plus tard, ma décision est prise " Papa, Maman, je pars pour Poitiers."

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle