Ne jamais attendre les autres pour s'orienter

jean-philippe janot

J'en ai fait les frais et si je peux aider, peut-être que cela sauvera d'autres âmes en perdition.
Dès le collège, on pense à étudier et très peu à ce qu'on veut vraiment devenir... car on ne sait rien. Les métiers existent par millier pourtant, on en connaît qu'une petite partie.

En troisième, on doit choisir entre la voie professionnelle et la voie générale. La voie professionnelle est une voie plus attrayant car elle permet de se professionnaliser plus vite. Mais le collège doit remplir des cases et tentera de persuader les bons élèves d'aller en général.... Si vous savez quoi faire, renseignez vous sur le parcours professionnel pour partir dans la bonne voie (mieux vaut une année perdue en professionnelle qu'en générale)

Si vous ne savez pas ou confusément, allez en général. Mais commencez à réfléchir sérieusement. Car là encore, on vous guidera facilement vers la fac et finalement, vous partirez dans des licences chaotiques et inutiles (Lettres Modernes alias la licence ne servant qu'à boucher des trous)

Utilisez votre temps libre pour vous renseigner sur tous les métiers qui pourraient vous plaire tant que vous êtes loin du bac. Souvent, il existe des licences spécialisées qu'aucun établissement ne fera mention (exemple: je n'ai entendu parler d'une licence pour bibliothécaire que tardivement, j'étais déjà en L2)

 

Le problème de les établissements scolaires, c'est qu'ils sont "obligés" de remplir un quota et guideront que trop souvent les bons en général et les moins bons en professionnel.

Mais il ne faut pas croire que le professionnel est fait pour les élèves les moins bons. C'est même le contraire, souvent, c'est la meilleure voie pour assurer son avenir là où une licence générale vous mènera à encore plus d'études pour rien. (Pour reprendre la Licence de Lettres Modernes, elle n'a aucune valeur sur le marché)

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui