Envie de faire du cinéma - oser la fac !

Sixtine Parinaud
9 Dec 2019

— Une alternative aux écoles onéreuses

Les écoles de cinéma, on ne va pas se mentir, c'est super cher. Mais il y a une alternative parfois mal connue, c'est les cursus cinéma à l'université. En effet, dans de nombreuses villes, on trouve des licences de cinéma, et elles permettent d'abord de vérifier si c'est vraiment le secteur qui vous intéresse sans avoir à débourser une fortune ! J'aimerai parler plus particulièrement de la licence que j'ai faite à l'université de Bordeaux Montaigne. Il s'agit d'une licence assez unique en France, et même si elle est loin d'être parfaite, elle offre certains avantages.

— La licence cinéma de Bordeaux

La licence de Bordeaux se veut équilibrée entre théorie et pratique, c'est-à-dire cours de connaissances sur l'histoire et les courants cinématographiques, associés à des ateliers effectifs de prise de vue, écriture de scénario, réalisation de court-métrages. Dans la réalité des faits, la licence se compose de la manière suivante:

- Première année, il n'y a que de la théorie, mais assez peu de cours par semaine ce qui permet les projets à côté

- Deuxième année, il y a de la pratique à partir du second semestre, qui se définit ainsi: l'écriture d'un scénario de court-métrage (15 min) en groupe, la réalisation d'un court métrage (3 min) par personne, et l'apprentissage des bases du story-board.

-Troisième année, au premier semestre on réalise en groupe les scénarios de 15 min écrit l'an passé, et au second semestre on réalise avec la totalité de la classe un LONG-METRAGE, de la production au tournage (le montage se fait l'année suivante par ceux qui poursuivent en master professionel)

— Intérêt et débouchés

La pratique est assez peu encadrée, mais il n'y a pas de recette magique pour faire un film (enfin, il y en a, mais dans ce cas, si c'est pour faire la même chose que tout le monde c'est pas très utile). Ce qui est vraiment sympa c'est le long-métrage, et même s'il y a des gens plus ou moins impliqué, c'est enrichissant de pouvoir se confronter à pleins d'aspects différents d'un tournage: production, casting, décoration, figuration, musique, repérages, régies, actorat. Ca fait très bien sur un CV: c'est rare les longs-métrages amateurs.

Ce qui est bien avec le rythme de la fac, c'est que ça permet de faire pleins de stages (on finit les cours en avril, tandis que dans les écoles c'est en juin), et même des alternances puisque le nombre d'heures de cours par semaine est assez peu élevé. 

La licence permet donc de se rendre compte si l'on préfère la théorie ou la pratique, et d'embrayer après sur un master (pro ou recherche), une école de cinéma, ou carrément une carrière professionelle. 

Tous les articles de cet Advisor

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle