Un master en cinéma qui permet de voyager !

Sixtine Parinaud

En France, il existe de nombreux masters dans le domaine du cinéma et de l'audiovisuel. Il est important d'en faire le tour avant de se lancer.

Tout d'abord, il faut savoir si l'on veut faire de la pratique ou de la théorie : professionnel du cinéma ou chercheur, critique, rédacteur.

Dans le premier cas, mieux vaut choisir un master professionnel, qui permet une insertion dans le milieu et de l'expérience pratique ainsi que de nombreuses opportunités de stages.

Citons par exemple le master d'Assistant réalisation de Poitiers, le master pro documentaire de Bordeaux, les masters image ou réalisation de Toulouse, le master d'editorialisation et de production de la Sorbonne Nouvelle. Ceci n'est pas une liste exhaustive évidemment.

Dans le second cas, pour une approche théorique, les masters sont nombreux, souvent appelé Études cinématographiques, ils sont présent à Bordeaux, Grenoble, Lille, Paris Diderot, Nanterre, la Sorbonne Nouvelle, Bordeaux, Montpellier, etc...

Chacun a cependant sa spécificité, par exemple celui de Bordeaux est plus axé sur les approches socio-culturelles.

En plus de lire les intitulés et les descriptifs, il est bon de s'informer sur les enseignants, puisque il sera demandé un projet de recherche pour s'inscrire et que le directeur /la directrice du mémoire devra être choisi/e parmi ceux-ci.

Pas de panique sur cette question du projet de recherche, il s'agit de quelque chose de très succint, une ou deux pages avec un corpus et quelque chose qui ressemble plus à une hypothèse qu'une problématique (impossible à formuler à ce stade). Une petite bibliographie sera aussi attendu, mais là aussi il ne s'agit pas d'être exhaustif. Le but est de montrer que le sujet a un intérêt et vous intéresse en particulier.

Parmi ces masters de recherche, il existe une particularité : le master international (IMACS).

Il est présent dans trois universités en France: Lille, Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Nanterre.

Durant les deux ans que dure le master, il sera demandé à l'étudiant d'effectuer deux mobilités à l'étranger parmi les universités partenaires (Liège, Francfort, Bocchum, Rome, Milan, Barcelone, Amsterdam, Londres, Montréal, Ruiz de Fora (Brésil) et quelques autres qui sont en train de s'ajouter au programme).

L'intérêt de ce master, en plus de voyager, est qu'il permet à terme d'effectuer un doctorat à l'étranger (PhD).

De plus, dans le cas de certains projets de recherche, la documentation peut être très riche dans certains pays étrangers !

Ce master est cependant sélectif: 5 places dans chaque universités, variant un peu selon les années.

Il se veut d'excellence : la charge de travail est supérieur, à la Sorbonne Nouvelle par exemple, il faut suivre 5 séminaires au lieu de 3 pour les étudiants en parcours normal.

C'est un plus de parler des langues étrangères mais l'anglais peut suffire, en effet beaucoup d'universités proposent des cours en anglais (ou même en français).

Attention, certaines universités étrangères sont tout de même sélectives : Londres, Montréal, Amsterdam, mais la mobilité sera effectué quelque part dans tous les cas !

Voilà pour ce petit tour des masters de cinéma en France, et pour la spécificité de l'IMACS, si vous avez des questions, n'hésitez pas a me contacter !

Tous les articles de cet Advisor

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle