La formation de sophrologie intégrative au CENATHO

Discutez gratuitement avec Célia de votre projet d'orientation

1. Comment choisir la vocation de sophrologue ?

Mon niveau scolaire étant moyen, je n'avais pas beaucoup d'espoir à l'idée d'être prise dans un de mes vœux APB. Sans surprise cela à effectivement été le cas. J'ai du réfléchir à une alternative qui passait hors de cette plateforme internet, qui se dégrade de plus en plus au cours des années. En parlant avec ma famille, ma sœur m'a évoqué le métier de sophrologue, qui pour elle convenait parfaitement à ma personnalité. Je me suis donc renseignée sur cette discipline et sa formation. Au fur et à mesure de mes lectures, j'avais l'impression que ce métier était fait pour moi.

2. Comment utiliser le métier de sophrologue ?

Au début de ma formation, je pensais exercer la sophrologie uniquement. Cependant, le secteur des médecines douces étant encore en développement, il m'étais difficile de trouver du travail dans une institution et encore moins de m'installer à mon compte, aussi jeune. C'est en plein milieu de ma formation, que je me suis découvert une passion pour les neurosciences. J'ai donc décidé de prendre la sophrologie comme un complément de travail, et de m'inscrire en faculté de psychologie afin d'exercer le métier de neuropsychologue.

3. Le principal challenge en sophrologie

Cette formation ne ressemble en rien à une licence, un DUT ou autre études post bac. Pendant ces deux années, j'ai appris un métier, mais j'ai énormément travaillé sur moi même. Ce cursus m'a servi d'exutoire à toutes les épreuves douloureuses que j'avais pu rencontrer jusqu'à présent. on y rencontre des personnes fantastiques (bien qu'elles soient plus âgées), qui deviennent une "famille". Le principal challenge a été de me livrer émotionnellement, et d'entamer un travail personnel en plus de l'apprentissage de la sophrologie. On apprend à se libérer de certains poids, à apprendre qui nous sommes.

4. La plus grande qualité pour cette formation ?

Au cours de cette formation, j'ai fais preuve de beaucoup de maturité.C'est une formation éprouvante émotionnellement, on y étudie des problématiques telles que la dépression, les troubles du comportement alimentaire, les affections psychosomatiques, la psychopathologie... Il faut se préparer mentalement à traiter de sujets difficiles de 9h à 18h, mais aussi à écouter des camarades témoigner de certaines expériences très difficiles. Cependant, le jeu en vaut largement la chandelle, car au delà de l'aspect difficile, on apprend des milliards de choses intéressantes, sur nous, sur la vie... Il faut rester ouvert d'esprit, et avoir une force émotionnelle pour pouvoir faire cette formation.

5. Répondre aux questions des étudiants !

J'ai fini ma formation, j'ai effectué mon stage et ai obtenu mon certificat, je pense avoir toutes les informations pour répondre aux interrogations d'un étudiant intéressé par cette formation. De plus, je continue aujourd'hui de pratiquer la sophrologie pour moi même ainsi que pour des patients, je pourrais leur transmettre mon expérience bonne comme mauvaise du métier.

Bac+2 (Bac L)

Célia, 21 ans

Domaines d'études :

Mon futur métier : Neuropsychologue / Sophrologue