La prépa et moi

Discutez gratuitement avec Jérémie de votre projet d'orientation

1. Là où tout commence.

Par curiosité... Après mon lycée je ne savais toujours pas ce que je voulais faire de ma vie. Fier de mon bon niveau scolaire je me suis tourné vers les formation qui proposait le plus haut niveau d'étude, à savoir, les CPGE. Même parmi ces dernières j'hésitais entre les filière MPSI/PCSI/PCSI-SI, j'ai finalement opté pour la curiosité et pris la filière PCSI-SI (qui n'existe malheureusement plus aujourd'hui).

2. La révélation en prépa

Ces 3 années de dur labeur mon permis de d'extrêmement gagner en maturité, d'accepter que je n'arriverais pas à trouver une vie qui regroupe tout ce que j'aime sans exception et surtout m'a aidé à comprendre ce que sont les domaines de la recherche ou même de l'ingénierie. Indispensable dans mon projet professionnel, cette formation a changé l'enfant narcissique que j'était en étudiant avec la tête sur les épaules.

3. La prépa, des sciences mais surtout de l'humain

Comme je l'ai dit plus tôt. Cette formation a surtout eu un impact humain. J'ai bien sûre atteint "l'apogée" de mes connaissances dans cette période mais aucun savoir ou même métier ne vaut l'expérience social que l'on vie en CPGE. C'est unique et la plupart vous dirons que seuls ceux qui l'ont vécu peuvent en parler et/ou même le comprendre. Mes principaux challenge durant mes années de prépas a vraiment été d'apprendre à apprendre justement. Arriver à me concentrer, me fixer des objectifs et m'y tenir même si ça implique des sacrifices ou du mauvais temps a passé. J'ai appris à partager mes connaissance et accepter les différences de niveau entre tous.

4. Le taupins heureux n'est pas celui que l'on croit

Ce qui m'a permis d'autant apprécié (et non pas réussir) la prépa est surement ce qui m'a aussi fait rester une année de plus: Je ne me suis jamais pris la tête avec les cours. Habitué à la réussite, j'ai été confronté à de désastreux échecs en prépa mais je ne suis pas tombé en depression, je n'ai pas sombré dans la colère ou la revanche qui pousse à charbonner. De plus, je suis naturellement très sociable, j'ai put ainsi faire une multitude de rencontre de personnes différente (le panel de personnalité est extrêmement riche en prépa et, en général, on ne reste qu'entre gens d'une certaine maturité). Cela m'a donné la force d'apprécier et de continuer la prépa.

5. Se distinguer pour mieux comprendre

Je fais parti des rares courageux qui on choisi de faire une prépa en 3 ans. J'ai donc une année en plus d'expérience dans ce terrible milieux. Je suis loin de "l'élève type" que l'on trouve en prepa. Je connais bien sûre la vision du taupin de base mais je peux vous apportez une vision tout autre. Mon sens humain et social permet en plus un échange de qualité dans la joie et la bonne humeur.

Bac+2 (Bac S)

Jérémie, 20 ans

Domaines d'études : Mathématiques, Physique, Chimie

Mon futur métier : Officier militaire ou ingénieur