5 bonnes raisons de choisir le Québec pour ses études Partie 2

Elma zahmoul

— 6) L’Amérique francophone

Choisir le Québec pour ses études, c’est également se donner la possibilité de pratiquer deux langues vivantes. Même si la plupart des programmes sont proposés en français, les réseaux d’enseignement secondaire, collégial et universitaire du Québec, comptent des établissements francophones et anglophones. Le français reste malgré tout la langue la plus utilisée au quotidien dans ce phare de la francophonie au cœur des Amériques. De quoi vivre une expérience socio-culturelle des plus enrichissantes en développant son vocabulaire et ses compétences linguistiques.

— 7) Un bouillon de culture

Plurielle, vivante et nocturne, l’offre culturelle du Québec se manifeste en particulier dans les arts du cirque et de la scène, les arts visuels et le cinéma. Une multitude de festivals, carnavals et autres événements artistiques de grande envergure ont lieu chaque année aux quatre coins du Québec. Un dynamisme directement lié aux racines amérindiennes et européennes de cette province, subtilement mariées à un mode de vie nord-américain. De Montréal à Rivière-du-Loup en passant par Sherbrooke, ça bouge, hiver comme été ! Un véritable sens de la fête, qui se traduit également à travers les animations proposées par les très nombreuses associations étudiantes.

— 8) Des complexes sportifs de haut niveau

Le Québec est également une destination attractive en termes d’équipements sportifs. De nombreux établissements sont dotés de complexes de haut niveau. Du football américain à la natation en passant par l’escalade, l’athlétisme, le basket, le football, les arts martiaux, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. D’autant plus que la flexibilité des plannings permet d’allier facilement loisirs et études ! Pendant que certains opteront pour une séance de yoga entre deux travaux pratiques, d’autres préféreront mêler sport et tradition en participant à un match de hockey (le sport national) ou une randonnée en raquettes. Bref, il va y avoir du sport !

— 9) La possibilité d’un job pendant les études

Depuis le 1er juin 2014, l’ensemble des étudiants internationaux qui fréquentent un établissement d’enseignement post-secondaire au Québec peuvent travailler jusqu’à 20 heures par semaine pendant les cours et à temps complet pendant les vacances scolaires. Et ce, sans avoir besoin de demander un permis de travail ! Par ailleurs, ce dernier peut être obtenu pour réaliser des stages dans le cadre de ses études ou encore être délivré à la conjointe ou au conjoint accompagnateur d’une étudiante ou d’un étudiant. Seules conditions ? Être titulaire d’un permis d’études valide et inscrit à temps plein dans un programme de formation professionnelle, collégiale ou universitaire. De nombreux emplois étudiants sont régulièrement proposés au sein ou en dehors des campus. Une manière d’arrondir ses fins de mois et d’enrichir son CV.

— 10) S’installer sur le long terme

Après une telle expérience, pourquoi ne pas prolonger l’aventure ? Sous certaines conditions, les diplômés internationaux d’un établissement québécois peuvent prétendre à l’immigration permanente, notamment grâce au Programme de l’expérience québécoise (PEQ), tel qu’il existe aujourd’hui. Ces derniers peuvent en effet demander un permis de travail post-diplôme pour travailler à temps plein après leurs études. Compte tenu du contexte démographique et des besoins en main-d’œuvre qualifiée dans certains secteurs d’activités, les étudiants internationaux s’avèrent en effet des candidats de premier plan pour l’immigration permanente au Québec. Sans parler de leur contribution considérable en termes d’innovation, de développement du savoir et de diversité. 

Tous les articles de cet Advisor

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle