La réorientation de l’horreur

Nina Bloch

— Le « grand choix »

Aujourd'hui, je vais vous raconter mon expérience personnelle sur ma réorientation à l'université. 

Lors de mon année de terminale, année où parcoursup fais sa grande entrée, je ne savais absolument pas vers quoi m'orienter. J'ai donc fais des vœux un petit peu au hasard, selon les filières qui correspondaient à mon parcours lycéen, et qui pouvaient éventuellement m'intéresser Psycho, droit, sociologie, économie... j'ai postulé partout! 
 

Une fois les résultats tombés, j'étais encore plus perdu car c'était le moment de faire un choix, mais je ne savais toujours pas dans quelle filière aller. J'ai donc choisi d'aller en licence Administration économique et sociale, car sortant d'un bac ES, je pensais que c'était tout simplement la suite logique. 

— Le drame

Rentrée septembre 2019. J'entre enfin à l'université! J'essaye de m'acclimater du mieux possible à cette nouvelle vie, et à ce nouvel d'environnement de travail. (Oui car j'avais déménagé à plus de 800km de chez moi durant les grandes vacances d'été).

Les jours passent les uns après les autres, et je me rend vite compte que cette filière ne me plaît pas. Trop d'économie, de maths... seulement une seule matière me plaisait, le droit, mais je ne pouvais pas rester dans une licence dans laquelle seulement une matière me plaisait. 
Je pensais vraiment que j'allais rater ma vie (sans exagérer vraiment) je ne savais pas quoi faire et je ne savais pas vers qui me tourner. 
Un jour, je suis arrivée en retard à un cours auquel je n'avais jamais participé et j'avais trop honte pour entrer en plein milieu du cours, alors je n'y suis pas allée, je me suis donc baladée seule dans la fac jusqu'à ce que je tombe sur le centre d'orientation.

J'y suis entrée sans grand espoir, et je suis tombée sur une étudiante qui travaillait là-bas. Après avoir discuté avec elle et lui avoir un petit peu parler de moi et de mon investissement lycéen, celle-ci me parle de la licence Information-Communication ET LÀ, C'EST LE COUP DE FOUDRE! (Pour la licence ahah)
Elle me dit que pour les étudiants ayant passé leur bac cette année-ci, il y avait une possibilité de réorientation dès le second semestre, elle m'a aussi dit que je n'avais pas besoin de valider mon semestre en AES puisque j'allais changer de licence et que la réorientation ne se faisait pas sur dossier, elle m'a donc conseillé de me présenter à mes partiels de fin de semestre et de rendre des copies blanches afin d'être notée présente et de ne pas perdre mes bourses. Elle me proposa aussi un rendez-vous avec le conseiller d'orientation.

Je suis sorti du centre d'orientation pleine d'espoir et en me disant "ça y est je ne vais pas rater ma vie" (Un peu drama queen sur les bords je l'admet)

J'ai suivi les conseils de cette fille à la lettre, puis viens le rendez-vous avec le conseiller d'orientation, et là C'EST LE DRAME! 
Il me dit tout le contraire de ce que la jeune fille m'avait dit quelques semaines auparavant, que la réorientation se faisait sur dossier, que la licence info-com était une licence très demandée et qu'avec de mauvaises notes il était très difficile, voir impossible d'y entrer. Le soucis ? Je ne pouvais plus rien faire pour améliorer mes notes puisque les partiels s'étaient terminés une semaine plus tôt. C'était fichu pour moi, j'allais donc devoir continuer dans une licence qui ne me plaisait pas...

— Le soulagement !

Après ce rendez-vous vous, j'étais totalement déboussolée, mais je ne me suis pas laissée démonter. Lorsque j'étais au lycée je faisais parti de toutes les instances possibles et inimaginable, et j'ai organisé tout un tas de projets et d'événements. J'ai donc pris mon courage à deux mains et même si je n'avais plus vraiment d'espoir, j'ai monté un dossier en béton en y incluant toute mon expérience lycéenne et vous savez quoi ? Malgré mes très mauvaises notes dans ma précédente licence ÇA A MARCHÉ ET J'AI ÉTÉ ACCEPTÉE !! 

— La désillusion

Me voici donc au second semestre dans ma nouvelle licence, je me rend au secrétariat de cette licence afin de demander des renseignements sur la suite des événements étant donné que j'avais loupé tout le premier semestre. La secrétaire m'explica donc les 3 options qui s'offraient à moi:

- Soit je passais en L2 sans rien rattraper

- Soit  je passais en L2 AJAC (c'est à dire que pendant ma deuxième année j'aurai rattrapé le semestre que je n'avais pas fais)

- Ou alors j'effectuais le semestre renouvelé (en fin d'année durant trois semaines intensives j'aurai rattrapé mon semestre manqué). 
 

Tout se passait bien dans le meilleur des mondes, je me sentais très bien dans ma nouvelle licence et j'ai validé mon semestre haut la main. Puis vient la fin de l'année. Je contacte ma secrétaire de licence afin de savoir laquelle des trois possibilités j'allais effectuer. 
Celle-ci me répondi que malheureusement avec la crise sanitaire, le semestre renouvelé n'aurait pas lieu, mais que je pouvais éventuellement passer en L2 si j'avais validé mes deux semestres ou alors que je pouvais passer en L2 AJAC si j'avais presque validé mes semestres, et si ce n'était pas le cas, que j'allais devoir redoubler. ET LÀ LE SECOND DRAME! 
 

Personne ne m'avait prévenu que le fait que je ne valide pas mon précédent semestre dans ma précédente licence allait m'obliger à redoubler mon année! 
Et vous savez quoi ? Et bien puisque j'avais validé mon second semestre, je ne devais redoubler que le premier ! Donc aller en cours de septembre à décembre, puis ne rien faire de janvier à septembre de l'année d'après ! Ce n'étais absolument pas envisageable pour moi !

J'ai donc encore une fois pris mon courage à deux mains, et j'ai écris une lettre à mon jury d'examen afin de leur expliquer la situation, et leur demander d'accepter le fait que je passe en L2 AJAC.

Apres plusieurs semaines d'attente, la réponse tombe, ILS ONT ACCEPTÉ ! 

— Tout va bien qui fini bien !

Nous voici maintenant en septembre 2020, au début de l'année scolaire. Je suis en L2 AJAC L1 et je dois en même temps que j'effectue mon premier semestre de L2, effectuer mon premier semestre de L1, et honnêtement, je n'avais pas mesuré la charge de travail ! Un emploi du temps à 50heures de cours par semaine au lieu de 20heures, des journées de cours de 8h à 21h, une quantité inhumaine de travaux de groupes à gérer et j'en passe, mais cette situation je l'ai voulu donc je dois l'assumer ! 
Ne rien lâcher était mon seul mot d'ordre, car après la pluie vient le beau temps, c'est bien connu. 
 

Aujourd'hui je suis fier de vous dire que je suis au second semestre de ma L2, et que j'ai validé mes deux semestres en même temps. J'ai repris une scolarité normale et tout va pour le mieux! 😁

Meme si il est difficile de s'en rendre compte sur le moment, il ne fait jamais oublier que toute situation est passagère, et que ce n'est pas grave de ne pas trouver sa "voix" du premier coup, chacun son rythme 🙂

 

Si tu as besoin de renseignements sur l'université en général, sur l'AES, ou l'info com, n'hésites pas à me contacter, aussi, si tu as besoin de conseils pour mieux t'acclimater à l'université je suis tout aussi disponible 🙂

 

D'ailleurs si tu t'ennuies tu peux aller jeter un coup d'œil à ma chaîne YouTube: La vie de Ninouche 

(Si tu veux plus de détails sur mon parcours scolaire, j'en ai fais toute une vidéo 😜)

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle