La philo, une voie de garage ?

Antoine Swirog

— Tordons le cou aux idées reçues !

La philosophie est trop souvent considérée comme une voie de garage. Souvent a-t-on entendu dire, à ce propos, qu’un étudiant en philo n’était destiné qu’à devenir lui-même prof de philo, et rien d’autre ? C’est là un préjugé coriace auquel il nous faut tordre ensemble le cou !

— La philo, gage de débouchés

Premièrement, la philosophie est un gage d’avenir prometteur. En effet, la grande diversité des enseignements (philo des sciences, philo logique, philo éthique, philo métaphysique, etc.) assure une solide culture G à l’étudiant, ainsi que la garantie d’un épanouissement personnel et intellectuel. Ces connaissances étendues et pluridisciplinaires sont recherchées au sein des entreprises, comme l’indique C. Jondot, directrice pédagogique de MBA PPA « les étudiants en philosophie sont également très appréciés dans les services de ressources humaines mais aussi dans le marketing grâce à leur finesse d’analyse de langage et leur appréhension de la société ». Par ailleurs, n’ayez pas peur, ne pensez pas qu’aux débouchés (puisqu’elles existent). Pensez aussi à vous : vous passerez trois ans (ou cinq ou plus selon les cas), à étudier une matière. Autant qu’elle vous plaise, et que vous puissiez prendre plaisir chaque jour à vous instruire. Si donc vous voulez vous lancer dans des études philosophiques, je ne peux que vous inciter à le faire !

— Permettant à l'étudiant d'avoir un profil exceptionnel

Outre les débouchés, sachez que le profil de l’étudiant en philo est grandement intéressant. Souvent les universitaires observent que les étudiants se spécialisent très tôt dans leur discipline (droit, médecine, etc.), et en oublie de conserver une diversité des approches. Or, la philosophie est une matière qui appelle à l’interdisciplinarité. Il est en effet impossible de répondre à une question philosophique en ne s’intéressant qu’à la philo : vous devez être en mesure de faire appel à des connaissances sociologiques, anthropologiques, juridiques, scientifiques, historiques, etc. Tandis que la majorité des étudiants n’analysent les choses qu’en fonction de leur discipline, le philosophe peut quant à lui approcher le problème sous différents paradigmes, d’où la solidité de sa culture générale.

— La philo, encore mieux en double licence !

Enfin, si vous en avez les possibilités, je ne peux que vous inciter à faire une double licence incluant de la philo. D’abord parce qu’une telle formation vous permettra, comme dit avant, de ne pas vous enfermer dans une seule discipline, mais aussi parce que cela vous permettra de « décompresser » de vos cours. Pour être moi-même en double licence droit - philo, je peux affirmer qu’une licence simple en droit m’aurait été horrible. Imaginez-vous sortir du lycée (ou d’une prépa), où vous aurez eu un enseignement diversifié (français, maths, etc.), pour ne plus finalement que vous centrer sur une seule, jour et nuit. C’est non seulement frustrant en terme d’épanouissement,mais aussi difficile à faire. Aussi, accordez-vous, par la philo, la possibilité de « respirer », en dehors de votre autre licence. Ce ne peut qu’être édifiant pour vous, d’autant que cela vous permettra de justifier d’un profil travailleur lors de votre sélection en master.

Ainsi donc, n'ayez plus peur ! La philo est une formation solide, gage d'avenir et de débouchés, ainsi que d'un épanouissement personnel et intellectuel. Elle vous offrira la chance de réfléchir sur des sujets reliés à votre vie et au monde dans lequel vous vivez. N'est-ce pas là une chose magnifique ? Alors casez le cou au taboux, et faîtes de la philo !

Tous les articles de cet Advisor

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui