Savoir rebondir après un redoublement en Licence de droit

Alexandre Sueur

— Se fixer des objectifs clairs

Cet article n'a pas vocation à être lu comme ayant une portée universelle. Il ne s'agit du ressenti que d'un seul et unique étudiant qui va FINALEMENT ENTRER en Master 2 de Droit en Septembre après 2 redoublements en licence. Un parcours donc non sans anicroches

Se fixer un objectif, et le garder en tête précieusement. Cela peut sembler facile, mais c'est l'un des points déterminant qui vous permettra de surmonter n'importe quelle épreuve. Pour donner un simple aperçu : après un BAC S en poche, direction la licence de droit. Encore peu mature, la liberté qu'offrent les bancs de l'Université à un jeune adulte fraichement majeur peut faire peur et dérouter. Mais c'est le début d'une nouvelle aventure, qui doit et sera vécu différemment selon le profil de l'étudiant. 

Certain arriveront sans efforts à valider leurs années, d'autres passeront par la case rattrapages. D'autres encore passeront par la terrible case redoublement. Mais cette case redoublement est-elle si éprouvante ?

— Des échecs aux raisons multiples

Tout dépend encore de la personnalité, du caractère, et de la volonté, mais comme le dit le dicton : quand on veut, on peut ! Cela ne doit pas être une fin en soit, voici les raisons pour lesquelles il faut aussi se dire que rien n'est perdu. 

Ce parcours sera parsemé d'embuches, de doutes et d'échecs, mais si l'objectif est clairement défini, il suffit simplement de se poser et de revenir à cette base : revenir au pourquoi du comment vous en êtes arrivés là.

Comme l'indique Studyrama  dans un récent article : le tout c'est "de ne pas baisser les bras'" car comme l'indiquent les chiffres, en moyenne nationale 35% des étudiants redoublent leur 1ère année de droit, d'autres se réorienteront, d'autres réussiront. (Source : https://www.studyrama.com/formations/orientation-reorientation/se-reorienter-apres-une-premiere-annee-d-universite/que-faire-apres-un-echec-en-premiere-annee-de-droit-103910)

— Se poser les bonnes questions

La licence de droit, ce n'est pas seulement 3 années du supérieur à passer, il s'agit d'une rigueur que certains auront naturellement ou qui aura déjà été acquises par le passé. Pour d'autres (catégorie dont je fais parti), il faudra s'armer de patience et travailler dessus. Après avoir passé les 15 dernières années entourés de professeurs présents pour dicter la marche à suivre à la virgule près, il faudra à présent travailler en totale autonomie.

Certes, les fameux travaux dirigés permettent de travailler les notions importantes des matières fondamentales étudiées en amphi, mais le reste est à travailler seul.

Cette autonomie est à acquérir, avec de la rigueur. Cela peut sembler évident, mais pour beaucoup, ce sera éprouvant. Arrive alors un premier redoublement, parfois même un second. Les soirées étudiantes, les différents évènement, le travail à côté, la situation familiale difficile. De nombreux éléments peuvent entraver la réussite universitaire d'un étudiant.

— Avancer et persévérer

Il faut donc revenir aux fondamentaux, à l'essentiel. Pourquoi faire cette licence de droit ? Pour différentes raisons, ça peut être :

- l'envie d'exercer une profession libérale : avocat, notaire, huissier...
- tenter différents concours : greffier, juge (ENM), l'administration, la police...
- tenter des passerelles pour différentes écoles : admission sur titres (AST) pour intégrer les écoles de comerces...
- et de nombreux autres possibilités s'offriront à vous...

Comme le rappelle le site L'Étudiant, de nombreux étudiants passent des concours à l'issue de leur licence pour préparer les admissions sur titres (AST) aux grandes écoles de commerces (voir : https://www.letudiant.fr/examen/concours-ecole-commerce/admission-parallele-les-ecoles-de-commerces-accessibles-par-concours-sur-titres-17794.html).
 

— Des questions ? Remarques ?

Il faut donc bien garder son objectif en tête et se poser les bonnes questions. Un redoublement (ou deux pour certains) ce n'est pas une fin en soit. Ces redoublements, peuvent témoigner d'une forte détermination du candidat. Toutefois savoir raison garder : un redoublement à 4 ou moins de moyenne peut faire l'objet d'une remise en question. Mais une fois de plus, ce n'est pas un frein. Pourquoi une telle moyenne ? Des éléments extérieurs ont-ils eu un impact sur ma moyenne ? Si oui, est-ce en grande partie la raison de mon échec.

Pour finir, de nombreux étudiants, professeurs, chargés de TD, relatent de leur parcours difficile au travers de blog, vidéos, articles. Jurixio est par exemple à mon sens au plus proche de la réalité d'un étudiant en droit ayant eu des difficultés au cours de sa licence en droit et qui a fini par se révéler :

- https://www.youtube.com/channel/UCAEx2OhFhtuiIsRHQoBQHVQ

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions. Les parcours, profils, et situations sont différentes et s'apprécient bien souvent au cas par cas.

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédacteur

N’hésite pas à le contacter pour discuter avec lui