Intégrer une école vétérinaire avec une licence

Océane Libouban

— Par quel concours ?

Il existe plusieurs voies pour rentrer en école vétérinaire. Le concours le plus connu (et celui où il y a le plus de places : 462 pour la session 2020) est le concours A BCPST accessible après une prépa BCPST.

Cet article va essentiellement être dédié au concours B; celui dédié au cursus licence. Cette voie offre actuellement 68 places en école vétérinaire pour la session 2020 (sachant que en 2019, il y avait 62 places). Il est ouvert à tous les étudiants de licence (pas que de biologie !). Toutefois les épreuves d'admissibilité vont donc changer en fonction des cursus... La réforme du concours de 2020 fait que le concours B est accessible dès la L2 (avant on ne pouvait que à partir de la L3). 

Il faut savoir que en France, on ne peut passer les concours d'entrée en école vétérinaire que 2 fois dans sa vie (et attention, si on passe ses 2 chances en France, il y a beaucoup de concours à l'étranger qui ne sont aussi plus accessibles !). 

 

— Les modalités du concours B

L'admissibilité est constituée de : 

- une épreuve de dossier (relevés de notes depuis le bac, justificatifs de stage, activités extra-scolaires...) Coefficient 2

- une épreuve écrite différente en fonction de la mention de licence. Si le candidat est en licence de biologie, il doit passer une épreuve de chimie OU mathématiques-physique (au choix) et une épreuve d'anglais (éliminatoire si en dessous de 7/20). Si le candidat possède une autre mention de licence, il doit passer une épreuve de biologie à la place de l'épreuve de chimie/maths Coefficient 2 

L'admission est ensuite réalisé par le biais d'oraux : 

 - Un oral de motivation (l'étudiant décrit son parcours, ses qualités pendant 5 min puis ensuite discussion avec le jury pendant 25 min)Coefficient 4.   

- Un oral de "sciences et société" : 30 min de préparation (étude d'un article traitant d'un sujet agronomique/scientifique, ayant parfois fait polémique). 10 min de présentation puis 20 min d'entretien avec le jury. Coefficient 3.

— Et en terme de statistiques ... ?

A titre d'exemple, il y avait 460 inscrits pour la session du concours B ENV 2019 contre 62 places. Cela fait 13,5% de réussite.

Pour comparer, le concours A BCPST offrait 459 places pour 1951 inscrits avec donc 23,5% de réussite. 

La SCAV (service des concours agronomiques et vétérinaires) offre chaque année de plus en plus de places aux licences pour accéder aux écoles. En effet, il y avait seulement 44 places en 2017, 58 places en 2018, 62 places en 2019 et maintenant 68 places en 2020 ! Cependant, le nombre de candidat est aussi plus élévé d'années en années (le concours était très peu connu avant) : en 2017, il y avait 349 candidats contre 460 en 2019. 

 

 

— Existe-t-il des cursus en licence préparant à ce concours ?

Personnellement, je ne connais pas tous les cursus possibles (chaque cursus étant spécifique à chaque Université si toutefois elle en offre). Cependant, je peux faire part de mon expérience. 
J'ai fais une L1 BGC (Biologie Géologie Chimie) à l'Université de Nantes. Ensuite, j'ai intégré une L2 PECB (Préparation des étudiants au concours B, 18 places disponibles) sur dossier (notes de baccalauréat et notes de L1). Maintenant, je suis en L3 BCVA (Biologie Cellulaire Véto-Agro, qui est en fait la suite du cursus PECB). Ces 2 années de licence particulières sont en fait constituées du programme de licence standard (ici Sciences de la Vie) avec en plus des cours spéciaux pour préparer le concours. Ces cours supplémentaires (souvent à titre de 5h par semaine) sont des cours de mathématiques, physiques ou chimie (en fonction des semestres) et des oraux blancs (motivation et sciences et société). Cependant, ces cursus ne sont pas obligatoires pour se présenter aux concours. On peut très bien préparer les écrits avec les programmes des concours. 

— En conclusion, quels sont les avantages de ce parcours ? (par rapport à la prépa)

L'école préparatoire ne convient pas à tout le monde notamment à cause de la pression permanente qui y règne. Ce parcours permet donc d'accéder aux écoles vétérinaires de manière plus sereine. De plus, l'école préparatoire conserve les matières littéraires (français/philo, histoire...) ce que ne fait pas la licence. Pour ma part, cela m'a permis de réellement apprécier mon cursus universitaire et de retrouver le "plaisir" d'apprendre (que j'avais un peu perdu au lycée). Le fait d'être plus libre qu'au lycée est aussi très plaisant, cela permet d'organiser son travail comme on le souhaite (mais il ne faut pas moins travailler !). 

Malgré cela, les places sont peu nombreuses... Il faut donc tout au long de sa licence chercher à améliorer son dossier. 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter. 

Voici le site de la SCAV pour plus d'informations : SCAV

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle