Passer d’un avenir d’ingénieure à un avenir d’avocate !

Mai Berthomieu

— Ce que je quitte...

Je viens de terminer ma deuxième année en classe préparatoire intégrée à l'EPF de Sceaux en formation généraliste, et je n'y retournerai pourtant pas en troisième année ! 
Volontairement je quitte cet etablissement qui ne me mènera pas vers l'avenir que je veux vraiment. 

— ... Pour m’épanouir !

En effet, en septembre, après une longue réflexion je commencerai ma licence de Droit à Jean Monnet à Sceaux, cette fois-ci non pas dans une école, mais à la fac. 
C'est le fruit d'une longue recherche et de doutes, de mauvais moments, pour enfin m'épanouir dans mes études et avoir le métier que je veux. 

— Pourquoi la prépa intégrée ?

Depuis petite, j'ai toujours eu des membres de ma famille orientés dans le domaine scientifique: ingénieurs,pharmacien, médecins...

c'est pour cette raison que je me suis orientée vers un bac S spé mathématiques, je pensais que c'était la norme dans ma famille, et surtout, je voulais réussir aussi bien qu'eux pour ne pas être le "mouton noir". 
 

Arrivée en terminale, je ne me voyais pas faire une classe préparatoire comme mes cousins, trop rigoureuse, trop difficile pour moi. C'est pourquoi j'ai choisi une classe préparatoire intégrée, dans une école généraliste ! 
La formation dispensée y est complète, générale ce qui te permet de pouvoir toucher à tout avant de te spécialiser, et tu es dans dans une école. 

— Le désenchantement

Pendant ces deux années, où j'ai suivi tous les cours, tp, amphis... je ne m'épanouissais pas. Aucune matière ne me faisait vibrer et surtout: je ne me voyais pas faire ça toute ma vie. 
L'informatique m'horripile, la mécanique aussi, les maths ne me plaisent plus et j'en suis même écœurée... bref je ne veux plus continuer

— La reorientation

Il est compliqué de se dire au bout de deux ans "J'arrête ce que je fais" parce qu'une nouvelle question se soulève alors: "Oui, mais pour quoi faire ?"

S'enchaine alors le processus d'orientation, qui pour ma part, a été mal fait au lycée. C'est donc deux ans plus tard que je m'y mets vraiment. Avec l'avantage d'avoir des amis en pleine formation qui peuvent répondre à mes questions précisément (je ne connaissais pas StudyAdvisor à ce moment, et je le regrette haha). 

Le contenu des cours dispensés, les débouchés, les taux de réussite, les emplois du temps.... j'ai tout passé au crible, puis je me suis posée une autre question: "Quel métier me fera vibrer pendant au moins 40 ans ?"

Et la il faut se renseigner, questionner ses proches, regarder les fiches internets.... et c'est comme ça que j'ai trouvé: le métier d'avocate. 
trouver son métier facilite énormément le choix de la formation, pour moi il était évident que je recommence donc dans le Droit, en L1, n'ayant pas de passerelle possible entre les deux formations. 

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle

N’hésite pas à discuter avec nos Advisors !

Découvrir

— Notre rédactrice

N’hésite pas à la contacter pour discuter avec elle