Guides d'orientation : tout savoir sur une filière
groupe d'advisors

Il existe 1001 façons de choisir sa filière, mais ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver au milieu de toutes ces informations 🔎, et de savoir si on a fait le bon choix !

Les témoignages de nos Advisors sont là pour t'aider à y voir plus clair 💡.

Si tu veux en savoir plus sur leurs parcours, prends RDV avec eux 🤳 !

97 résultats correspondants à "" :

Lilou, 24 ans

Langues, littératures & civilisations étrangères et régio...

Bonjour ! Je te propose aujourd'hui mon témoignage sur la licence LLCER que j'ai effectué à Valence. Étant intéressée par les langues, j'ai décidé de commencer une licence en anglais sans trop savoir en quoi cela consistait. La licence LLCER permet d'avoir de solides bases sur la langue choisie (anglais pour ma part) avec de la grammaire, de la phonétique, de la traduction mais également de la civilisation (anglaise comme américaine) ou du patrimoine. Il faut vraiment aimer la langue choisie car on pourrait se sentir démotiver par les exercices et les cours très théoriques qui ne laissent pas beaucoup de place à la pratique. Cependant, c'est une excellente opportunité pour rencontrer des professeurs anglophones (certains venaient de Birmingham en Angleterre, ou encore de Californie) et pour découvrir les différents accents et style de vie. En deuxième année de licence, certains professeurs proposent des cours qui nous permettent de découvrir différents métiers qu'on peut effectuer après notre licence, comme le métier du sous-titreur. Cette matière était très intéressante et pour le coup concrète car nous devions retranscrire ce qu'on entendait lors d'un extrait de série puis le traduire. Pour vraiment tirer tous les avantages de cette licence, il est très très recommandé (si ce n'est obligatoire) d'effectuer la troisième année en Erasmus dans un pays anglophone pour lier la théorie à la pratique et pour perfectionner son anglais. Pour récapituler, je ne regrette pas d'avoir fait ce choix de licence. Elle m'a permise d'atteindre un niveau d'anglais que je ne pensais pas arriver à avoir en sortant du lycée.

Laetitia, 25 ans

Tourisme

Arrivant d'une licence LEA et souhaitant m'orienter dans le tourisme, le Master Management des Activités Hôtelières et Touristiques (MAHT) de l'IAE de La Rochelle m'a paru être le meilleur chemin. Me voilà aujourd'hui en deuxième année de Master et en plus en alternance. J'ai énormément appris durant ma première année, beaucoup de théorie mais également des études de cas qui rendent le travail encore plus concrets et intéressant !

Paul, 24 ans

Sciences pour la santé

Dans ce témoignage, je vais vous parler du passage du lycée à la faculté. Personnellement j'ai choisi de m'écarter de mon lieu de vie habituel et donc de prendre mon propre appartement. Un changement radicale qui implique de gros efforts. Tout d'abord dans mes habitudes de vie mais aussi dans ma façon de travailler. Aller à la fac c'est savoir travailler par soi même sans avoir qui que ce soit derrière notre dos pour venir nous aider à travailler. De plus je suis en concours ce qui signifie que se faire des amitiés dans la promo est quelques fois difficile.

Quentin, 24 ans

BUT génie biologique option industries agroalimentaires e...

Le DUT Génie Biologique option Industries Agroalimentaires et Biologiques a pour vocation de former des techniciens dans le secteur de l'agroalimentaire. Les débouchés sont très variés (Licence pro, L3 de Biologie, écoles d'ingénieurs, DUETI,...). Les enseignements y sont très diverses, la biologie et ses dominantes (biochimie, microbiologie, génétique…) sont une partie importante du programme. L'autre partie sera essentiellement liée à des enseignements en lien avec le monde industriel (Physique alimentaire, automatisme, mécanique des fluides…). Des cours de chimie, d'anglais et de communication complèteront votre emploi du temps. En choisissant cette formation après le BAC, vous avez aussi la chance de pouvoir avoir des TP, qui permettent une application concrète de tous les outils théoriques livrés en CM et TD. N'hésitez plus, choisissez le DUT Génie Biologique option Industries Agroalimentaires et Biologiques. Pour plus d'informations, vous pouvez me contacter ! ;)

Chloé, 29 ans

Santé

L'EHESP est une très bonne école. Comparativement à la fac, c'est une vraie plus value d'y suivre son master : une équipe éducative compétente et investie, avec des intervenants et enseignants-chercheurs tous experts de leur sujet. Un réseau fort, des promos soudées autour des projets. Dans les masters, on retrouve des profils d'élèves différents permettant d'avoir des échanges riches. Le prestige de l'école par la suite aide pas mal dans la recherche d'un emploi. Et petit bonus : la Bretagne !! Ahhh quelle belle région...

Perrine, 23 ans

Psychologie

Bonjour à tous ! Je vais vous parler aujourd'hui de la Licence de Psychologie ! La licence de Psychologie est une formation très intéressante mais complexe. Beaucoup d'étudiants s'inscrivent en Licence de Psychologie pour avoir un aperçu de la discipline sans forcément y accrocher. C'est pourquoi nous sommes des promotions très nombreuses qui diminuent au fil des années. A l'Université de Lille, Pont de Bois, le cursus de Psychologie est très tourné vers l'aspect scientifique. Notamment en Neuropsychologie et en Statistiques. En effet, l'UFR de Psychologie de Lille met un point d'ordre particulier concernant ces matières. Il est possible que les enseignements soient différents dans d'autres facs en France. Concernant le bagage de connaissances, il n'est pas obligatoire de venir d'une filière scientifique au lycée. Personnellement, j'ai fais un BAC ES donc je n'avais pas de cours de SVT ni Physique très poussés au lycée. Il faut tout de même savoir que les cours de Neuropsychologie sont assez costaud, mais avec du travail il est possible de réussir à valider la matière ! Les statistiques sont tous à fait abordables si vous suivez bien les cours et que vous vous exercez régulièrement. Aucun bagage antérieur n'est nécessaire puisque les cours reprennent de 0 dès la première année. Je vais maintenant vous différencier les 3 années de Licence : - La première année, nous avons une accumulation de connaissances sans forcément voir l'aspect concret du métier de Psychologue. - La deuxième année, les connaissances sont plus approfondies et nous avons des travaux qui nous permettent de voir comment se déroulent des expériences de Psychologie ou encore de réaliser quelques études de cas. - La troisième année est une année riche en travaux car il est possible de réaliser un stage. C'est un peu le moment que nous attendons le plus, la partie la plus concrète qui nous permet d'orienter notre choix de spécialisation qui arrive avec le Master. Nous avons aussi un TER à réaliser : c'est un travail de recherche que l'on doit mener avec l'aide d'enseignants-chercheurs. Ce travail nous permet de découvrir la facette de la recherche en Psychologie et pourquoi pas découvrir une vocation ! Tout mon témoignage repose donc sur la Licence à l'Université de Lille, campus Pont de Bois. Si vous tombez sur cet article et que vous avez des questions, n'hésitez pas à prendre rendez-vous ! Bonne journée à tous et bon courage :)

Tricia, 23 ans

BTS Esthétique-cosmétique

Les compétences à développer pendant le confinement Selon moi la première compétence et la compétence la plus important que nous pourrions et devrons développer durant ce confinement c’est l’esprit d’équipe. Pourquoi l’esprit d’équipe ? Pour ma part esprit d’équipe veux dire faire passer le bien être du groupe avant le sien. Aujourd’hui cette compétence n’est plus une compétence comme les autres, celle-ci peut nous permettre de sauver des vies simplement en arrêtant de sortir, de voir nos amis ou notre famille nous développons cette compétence. Mon confinement permet de faire passer le bien-être du peuple Français avant le mien. #Developponsnotreespritdéquipee

Maëlle, 23 ans

Sciences de l’éducation

Lorsque j'ai obtenu mon BAC, la plupart de mes demandes sur Parcoursup ont été acceptées (tous mes vœux étaient en Sciences de l'éducation mais dans des Universités différentes). Je n'ai pas hésité et j'ai directement validé mon vœux à l'Université de Toulouse Jean Jaurès puisque j'étais particulièrement attirée par la ville de Toulouse. Aujourd'hui, après avoir passé 8 mois au sein de cette Université je ne suis pas du tout déçue de mon choix ! J'aime beaucoup l'ambiance qu'il y a à l'Université, l'entraide qu'il y a entre les élèves, la beauté du campus etc.

Audrey, 24 ans

Prépa Concours Educateur spécialisé

Cette année j’ai intégré une classe préparatoire sanitaire et social pour me préparer aux concours de moniteur éducateur et d’éducatrice spécialisé. Avec tous les clichés et vision qu’on peut avec sur une année de prépa, je ne m’attendais pas du tout à ça. La prépa dans le milieu du travailleur social et très différent des prépas en commerce ou autres.Premièrement les 6 mois de formation passent à une vitesse folle. Alterner entre les stages (2 fois 4 semaines), les cours théoriques et les oraux qui prennent généralement 1 journée entière, qui nous apportent beaucoup de connaissances en méthodologie de l’écrit et oral et avec les sorties bénévoles sur les territoires qui nous fond acquérir des expériences bénévole. Mais surtout on apprend le vivre ensemble, la dynamique de groupe, cette dynamique qui te donne envie d’aller en centre de formation pour travailler et échanger avec les autres étudiants qui partagent le même centre d’intérêt que toi. On apprend de soi mais aussi des autres grâce à la richesse du groupe ( certaines sortes du bac et d’autres viennent tout droit d’une licence). Les formateurs et intervenants ( éducateurs, chef de service....) qui travaillent toute l’année avec nous sont à l’écoute et toujours disponible, ce sont un peu nos « agents » comme on dit maintenant. Notre petit nombre de 15 étudiants permet à tous d’avoir un accompagnement individuel même en classe entière. Nous sommes quelquefois mélangé avec les santés ( aide-soignant, auxiliaire de puériculture) ce qui nous permet d’avoir un autre point de vu et plus de connaissances dans ce secteur. Personnellement pour avoir tenté les concours l’année dernière, je vois une nette amélioration sur mon aisance à l’oral, comme à l’écrit, ainsi que dans le contenu de mon vocabulaire professionnel que j’utilise. Les stages mon permis de commencer à me construire une identité professionnelle et de me présenter aux oraux avec déjà une expérience du terrain. Si tu as la moindre question concernant le déroulement d’une classe préparatoire n’hésite pas à me contacter.

Cécile, 25 ans

Psychologie

Bonjour à tous, Voici le premier témoignage dont je vous fais part. J'ai maintenant validé ma licence en psychologie à l'université d'Angers. Et je souhaite vous parler de ma première année. Je m'étais toujours destinée à un métier qui entre dans les sciences humaines. C'est pour cela que sans trop de surprise, je me suis orientée en psycho. J'avais fait deux choix à l'époque, la psycho ou le droit. Mais ce sont les journées portes ouvertes qui m'ont décidée. Les premiers cours m'ont vite fait peur, toutes ces théories, ces auteurs, ces disciplines... Le premier semestre est en plus passé très vite. Je me suis demandée si j'avais fait le bon choix. Car après tout, je suis une personne qui a besoin de concret. Devoir apprendre des théories, m'ennuyait, je dois l'admettre. En plus, mes résultats aux partiels de ce semestre n'ont pas été fameux... Je me suis alors laissée l'année pour être sûre. Et ce sont finalement les mises en pratique du deuxième semestre qui m'ont décidée. En effet, les dossiers sont passionnants (pas tous, il ne faudrait pas exagérer...) Mais les études que l'on commence à faire, les oraux etc nous impliquent toujours un peu plus dans ces théories. Petit à petit, on rentre dans le vif du sujet, on a vite nos disciplines préférées... Personnellement, c'est la neuropsychologie qui a toujours été ma chouchoute. La première année, c'est aussi le moment de se découvrir adulte et responsable, de se faire un petit réseau avec les intervenants, les professeurs, et nos camarades. Il y a énormément de travaux de groupe d'ailleurs, savoir travailler en équipe sans tout faire ou ne rien faire du tout, trouver un juste milieu, et bien ce n'est pas donné à tout le monde, et non ce n'est pas un mythe, cela peut créer des tensions... Enfin bref, le cursus me plaisait enfin, malgré tout, j'ai appréhendé les théories, je leur ai trouvé un intérêt. Ce que j'appréciais particulièrement c'était les oraux, les travaux de groupe où l'on se met à débattre sur un cas, d'une théorie, d'une expérience et c'est absolument passionnant, chacun y va de son avis, de ses hypothèses, on est d'accord, ou non, enfin vous voyez bien, un débat passionné. Le plus, c'est que cela nous permet de mieux comprendre certains aspects, car pour avoir raison, on vérifie, on cogite et on apprend. Cela aide beaucoup à mémoriser, je sais que c'est comme cela que j'apprends le mieux. Faire des expériences en psychologie sociale ou cognitive notamment m'a beaucoup passionnée, j'adorais pouvoir provoquer une donnée, observer des changements, des situations ! Le point qui m'a le plus déstabilisé durant cette première année, c'est celui des unités d'enseignement d'initiation. Il s'agit de 4 heures de cours par semaine qui n'ont rien à voir avoir l'enseignement choisi, par exemple j'avais pris "Initiation au droit" et un autre module dont je n'ai aucun souvenir, au premier semestre, ça se passait plutôt bien, c'était intéressant, mais j'avais l'impression de perdre totalement mon temps à essayer d'assimiler des choses qui ne m'aideront pas pour m'améliorer dans mon cursus. Mais le pire c'est au deuxième semestre, j'avais choisi un cours d'histoire de l'Espagne et un module de cinéma, je crois, mais je n'ai pas vraiment eu le choix, car quand viens les inscriptions à ses UE, c'est la course à celui qui aura le meilleur créneau, ou le meilleur enseignement. Sauf que je fais toujours parti de ceux pour qui la plateforme plantait et donc obligée de prendre ce qu'il reste. Et je crois que le pire fut d'apprendre au moment du premier cours d'histoire que j'étais la seule étudiante en psycho de toute la classe et que tous les autres étaient en licence d'histoire... J'ai tout de suite su que ma copie le jour du partiel serait ridicule face à la leur ! (Ce fut le cas...) Enfin voilà, je m'arrête ici en ce qui concerne ces UE et ma première année, mais vous pouvez toujours me poser des questions là-dessus, j'y répondrai sans problèmes.