Guides d'orientation : tout savoir sur une filière
groupe d'advisors

Il existe 1001 façons de choisir sa filière, mais ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver au milieu de toutes ces informations 🔎, et de savoir si on a fait le bon choix !

Les témoignages de nos Advisors sont là pour t'aider à y voir plus clair 💡.

Si tu veux en savoir plus sur leurs parcours, prends RDV avec eux 🤳 !

94 résultats correspondants à "" :

Andréa, 22 ans

Psychologie

Actuellement, je suis en 3ème année d'une Licence de Psychologie à l'Institut National Universitaire Champollion, à Albi. Ce que j'ignorais avant d'entrer à la fac, c'est l'étendue des possibilités et des opportunités qui peuvent construire notre parcours étudiant. Je vais centrer mon témoignage sur les stages et autres expériences à valoriser durant les 3 années de Licence. En première année, j'avais une idée assez fixe de ce que je voulais poursuivre après la licence, j'ai donc centré mon attention sur ce "vœux", y compris dans mes travaux universitaires. J'ai eu ensuite mon premier job étudiant en travaillant au McDonald's juste avant l'été. Cette première expérience, bien que banale, peut mettre en valeur des compétences chez moi. En seconde année, je me suis concentrée sur mes passions personnelles, j'ai donc pris un enseignement d'ouverture tourné sur l'écriture et j'ai commencé mon travail (toujours actuel) de tutrice de français. Ces activités ont éveillé en moi des envies nouvelles, celles de l'enseignement. En même temps, j'ai effectué une mission de bénévolat pendant 2 mois auprès d'un centre d'appels qui lutte contre la maltraitance des personnes âgées et handicapées. J'ai également suivi différents MOOCs certifiants sur une plate-forme lors de mes temps libres. N'ayant pas pensé plus tôt à mes envies d'enseignement, j'ai loupé l'opportunité de m'inscrire dans le Parcours VPE de ma licence, ce parcours permet d'aborder des notions du Master MEEF, Master auquel je souhaite candidater. Je me retrouve alors actuellement en 3ème année de Psychologie, avec un stage en Addictologie qui sera effectué à partir de janvier 2022. J'ai alors décidé d'avoir un entretien avec la conseillère d'orientation de mon université, et au-delà de mettre en valeur mes expériences, elle m'a guidée pour que je trouve une expérience à faire dans l'enseignement. J'ai alors commencé à chercher une nouvelle mission de bénévolat à effectuer dans une école. Après quelques péripéties, je vais finalement effectuer un stage en Formation Ouverte (disponible dans mon université, sous conditions pour moi) dans une école afin d'observer et de m'interroger sur une problématique en lien avec l'enseignement. Qu'il s'agisse de jobs, de stages, de bénévolat ou encore de cours en ligne, une multitude d'options existent pour valoriser votre parcours et vous mettre en avant. Les notes, bien qu'importantes, sont loin d'être les seuls éléments pris en compte dans une candidature en Master. C'est un dernier semestre chargé de deux stages à effectuer, d'un mini mémoire à rédiger et de mes cours à l'université, que je suis prête à vivre à fond avec l'envie de poursuivre mes études.

Amélie, 23 ans

Ressources Humaines

Suite à mon Bachelor Chargé des Ressources Humaines en alternance, j’ai décidé d'intégrer en contrat d'apprentissage le Groupe SAMSIC en tant qu’Assistante RH en suivant en parallèle un Mastère Manager des Ressources Humaines et des Relations Sociales à Aforem, sur le Campus de Rennes. J’ai choisi cette spécialisation dont le cœur de métier est profondément humain. De plus, c’est un milieu plein d’imprévus, très vaste et polyvalent qui offre un grand nombre de perspectives. En effet, aucune journée ne se ressemble. De plus, l'alternance booste notre employabilité, le fait de bénéficier d'un suivi personnalisé avec la personne qui nous emploi ou notre tuteur est un privilège. Ce Mastère Manager des Ressources Humaines et des Relations Sociales, permet grâce à des intervenants de qualité et issus du milieu professionnel de nous apporter des clés afin de réussir dans le monde du travail tout en ayant à la fin un diplôme reconnu par l’Etat.

Amélie, 23 ans

Gestion de projet en ressources humaines

J’ai réalisé un BTS Gestion de la PME en initial. J’ai pu effectué des stages au sein du PME de nettoyage basée à Rennes. Grâce à celle-ci, j’ai pu réaliser des recrutements et de la gestion administrative de personnel ce qui m’a donné envie de continuer mes études pour me former au domaine des ressources humaines. J’ai choisi cette spécialisation dont le cœur de métier est profondément humain. De plus, c’est un milieu plein d’imprévus, très vaste et polyvalent qui offre un grand nombre de perspectives. En effet, aucune journée ne se ressemble. J’ai donc intégré en contrat d'apprentissage le Groupe La Poste en tant qu’Assistante RH en suivant en parallèle un Bachelor Chargé des Ressources Humaines à Aforem, sur le Campus de Rennes. Ce Bachelor Chargée des Ressources Humaines, permet grâce à des intervenants de qualité et issus du milieu professionnel de nous apporter des clés afin de réussir dans le monde du travail tout en ayant à la fin un diplôme reconnu par l’Etat. Cette année d’étude m’a confortée dans mon choix et j'ai souhaité continuer mon cursus en Mastère Manager des Ressources Humaines et des Relations Sociales.

Amélie, 23 ans

BTS Assistant de gestion PMI PME à référentiel européen (AG)

Après l'obtention de mon baccalauréat Économique et Social, j'ai décidé d'intègrer à la rentrée 2019, le BTS GPME au sein du lycée Jeanne d'Arc à Rennes que j'ai effectué en initial. Je voulais vraiment un établissement où le suivi de l'étudiant passe en priorité. Le BTS GPME est une formation complète pour moi surtout au niveau de la polyvalence des matières. LE BTS GPME, UNE FORMATION COMPLÈTE Le BTS GPME est une formation qui permet à ses apprenants de détenir les clés de la gestion d'une entreprise. De la communication à la comptabilité en passant par la relation client, vous serez fin prêt à devenir un collaborateur pluridisciplinaire au sein d'une société.

Louise, 23 ans

Classe préparatoire intégrée

L'avantage d'une école d'ingénieur avec une classe préparatoire intégrée, c'est qu'il n'y a plus de concours en interne. Une fois le premier concours pour rentrer dans l'école passé, nous nous retrouvons dans une promotion dont le nombre varie en fonction de l'école et qui ne bougera que très peu au fil des années. Bien que certaines personnes arrêterons le cursus avant la fin des cinq années d'études, il n'y a que très peu d'esprit compétitif entre élèves d'une même promotion. En effet, le fait qu'il n'y ait pas de concours en interne signifie que tous les étudiants réussissant leurs années préparatoires passeront en cycle ingénieur. Il n'y a aucune histoire de quota. Si les 200 élèves de la promotion réussissent leurs partiels, alors ils seront 200 à intégrer le cycle ingénieur. Cette non-présence de compétition, contrairement aux renommés PACES, entraîne une forte entraide entre les étudiants. J'ai eu la chance d'être accompagné par des personnes de ma promotion, mais également des promotions supérieures lors de mes premières années d'étude. À mon tour, quand j'étais en deuxième année de classe préparatoire, j'ai aidé les premières années à comprendre leurs cours, notamment de biochimie. C'était très enrichissant, des deux points de vue. Bref, entrer dans une école avec prépa intégrée, c'est l'assurance de passer cinq années d'études avec peu de stress, même s'il y en a toujours à l'approche des partiels. Révise tranquillement tes cours, appuies-toi sur tes amis, révisez ensemble, aidez-vous avec d'autres personnes de la promo qui ont mieux compris que vous certains principes et vous réussirez. Je crois en vous !

Océane, 24 ans

BUT information communication option communication des or...

Le DUT ? Le BUT ? C'est confus... C'est très simple ! Le DUT est une formation de deux ans qui a été remplacée par un BUT qui elle est sur une durée de 3ans. Est-ce mieux ? Je pense que oui ! La troisième année est une année en alternance ou avec un stage prolongé. C'est un net avantage pour les étudiants qui entrent dans le monde du travail ! Foncez !

Océane, 24 ans

Communication, publicité

La direction artistique c'est quoi ? C'est tout ce que j'aime ! La direction artistique est un métier créatif. Le directeur artistique ou bien DA travaille généralement en agence. Il travaille souvent en équipe auprès d'un Concepteur-Rédacteur, de graphistes, et de créatifs en général. Il s'occupe de la partie visuelle de la stratégie de communication. Il peut trouver les idées puis ensuite aider ses équipes à les traduire par l'image. Le DA fait aussi souvent le lien entre le client et l'équipe de créa. Le DA doit être rigoureux, organisé et passionné !

Irina, 21 ans

Psychomotricité

Lors de la séance de TP de rentrée, les formatrices nous ont dit "on n'arrive pas en psychomotricité par hasard..." Après une année passée au sein de ces études si particulières, je comprends maintenant mieux ce qu'elles voulaient dire... Je vous propose ainsi de vous partager mon parcours, ma découverte de la psychomotricité et l'organisation du cursus en général (avec les spécificités de l'IFP d'Orléans). Bonne lecture ! 1. Une découverte plutôt tardive de la psychomotricité (mais comme on dit souvent mieux vaut tard que jamais !) Depuis toute petite, je rêve de faire un métier pour apaiser les souffrances des gens, pour trouver des solutions à leurs problèmes... C'est ainsi que de mes 8 ans jusqu'à mes 18 ans j'étais décidée à devenir psychologue. Mais ces dix années ont filé, et du jour au lendemain je me retrouve en terminale à devoir valider mon choix final. C'est à ce moment précis que tout se trouve chambouler en moi, que tout y compris ce rêve devient incertain... C'est alors que je tombe par hasard sur le métier de psychomotricien en naviguant sur mon PC... Je comprends que c'est un professionnel de santé du paramédical, axé sur la place du corps et son image dans les différents troubles. Je comprends qu'il essaye de ré instaurer les liens corps-esprits, pour rétablir une harmonie au sein du patient... J'ai alors un flash de moi en train d'exercer ce métier (alors que je n'en savais pas encore grand chose oui je sais !). Je commence des recherches plus poussées, et l'IFP d'Orléans devient mon nouvel objectif. A l'époque, on pouvait faire une fac de sciences (science de la vie/chimie) pour avoir plus de chance d'entrer à l'IFP. Ayant besoin de plus de temps pour réfléchir à ce projet, et ayant toujours envie de découvrir l'ambiance de l'Université, je décide donc d'entrer en L1 sciences de la vie/ chimie à Orléans. Après une année intense marquée par le confinement, je valide la double L1 et je suis acceptée à l'IFP d'Orléans : c'est le début d'une nouvelle aventure pour moi ! 2. Pourquoi le métier de psychomotricien me correspond ? Tout simplement car il me permet de pouvoir être dans le soin, ce fameux "care", en abordant les patients de façon globale. J'aime le fait qu'on prenne en compte aussi bien l'importance du support organique de l'Homme, son corps (pôle neuromusculaire), que son psychisme/esprit (pôle cognitif), et enfin la part émotive, sensible (pole psycho-affectif). Ainsi c'est un métier riche d'outils, de techniques, où notre créativité, notre imagination nous accompagne dans chaque prise en charge. Ainsi, les psychomot' aiment beaucoup jouer ! Ce que je trouve également intéressant en psychomotricité, c'est le côté ludique qu'on met en place, quelque soit l'âge du patient d'ailleurs. On essaie de valoriser leurs ressources et leurs capacités au maximum. Cela se retrouve dans la relation de confiance et de co-construction qu'on établit avec le patient : on n'oublie jamais que ce dernier a toujours quelque chose à apporter dans le processus thérapeutique. 3. L'organisation des études en psychomotricité Tout comme le métier, le cursus est riche (on ne s'ennuie jamais !) et se compose de trois grands temps d'enseignement : - les cours théoriques (qu'ils traitent de psychomotricité en tant que tel, de psychologie, psychiatrie, etc...) - les TP (travaux pratiques) qui permettent d'expérimenter corporellement certains concepts théoriques, de se former à certaines techniques (relaxation, toucher thérapeutique, bilans psychomoteurs...), d'appréhender des cas cliniques, et enfin d'apprendre à mieux se connaitre ! - les stages. En 1ère année ils visent à observer le développement psychomoteur (normal) de 0 à 6 ans. Ils deviennent cliniques à partir de la deuxième année. On pratique alors sur différentes populations et dans différentes lieux en 2ème et 3ème année. Le cursus se passe donc en 3 ans, avec la validation d'un DE (ou diplôme d'état) à la fin. 4. Les plus de l'IFP d'Orléans On y est 25 par promo, ce qui permet de se former au mieux, de manière presque personnalisée finalement. On peut poser toutes les questions qu'on a en tête, à tout moment. On se connait tous et toutes, et l'entraide est très présent entre nous. Tout au long de l'année, on est accompagné de manière individuelle via des entretiens pédagogiques pour voir si on se sent toujours bien au sein de la formation, du métier, dans notre vie en général... Si on a des doutes, ou si on rencontre des difficultés les formatrices sont là pour nous écouter et nous aiguiller au mieux. Côté vie étudiante, le BDE (bureau des étudiants) est très organisé et assez actif ! Des évènements nous sont très régulièrement proposés... pour ceux qui aiment s'amuser et sortir en parallèle des études c'est l'idéal ! Ces particularités permettent de créer une vrai ambiance de travail, plutôt chaleureuse et détendue. 5. Mon ressenti sur ma 1ère année de DE Au final, je ne regrette pas d'avoir quitté la fac ! Ni la psycho ! Je sais maintenant qu'il m'aurait manqué quelque chose en psychologie : cette approche globale de la psychomotricité, le plaisir et l'utilité des médiations corporelles. Avant je n'aimais pas du tout le sport, je n'aimais pas bouger mon corps, je me laissée accaparer par les vicissitudes de mon esprit. Aujourd'hui, l'image que j'ai de mon corps et de moi a changé et c'est en partie grâce à mes études. En psychomotricité, on ne se forme par seulement à un métier, on apprend à se développer personnellement. Je suis également heureuse de toutes les expériences que j'ai vécu en seulement un an... Le souvenir de l'équithérapie par exemple résonne encore en moi... tout comme les TP d'expression corporelle pour ne citer que quelques exemples. Côté travail et résultats, j'avais peur de ne pas réussir à suivre, notamment en anatomie ou en neurophysiologie (n'ayant pas fait médecine avant). Mais finalement en s'y mettant, en fournissant un minimum d'efforts (inhérents au principe des études), et avec la patience des enseignements et des systèmes d'entraide (entre étudiants dans la promo + cours en plus pour revenir sur certaines notions) on y arrive (même en sortant du bac d'ailleurs) ! Vous l'aurez compris mes études me passionnent et m'aident à m'épanouir... J'espère que ce témoignage vous aura parlé, appris des choses, peut être même intrigué... Si vous vous posez encore des questions, n'hésitez pas à me contacter via la plateforme, je serais enchantée de prendre le temps de vous écouter ! ;)

Aléna, 22 ans

Médecine (diplôme d'État)

Le Diplôme d'Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale m'a permis d'avoir une expérience de stage plus complète qu'en BTS. Il m'a également permis de prendre en compte la différence entre être Technicien en ESF (avoir les apports théoriques) et Conseiller en ESF (avoir l'approche de terrain, l'aspect "social"). J'ai également découvert les différents métiers disponibles avec le DE CESF (autre que CESF).

Coralie, 25 ans

Administration, gestion et médiation culturelle

2 années de master en direction de projets ou établissements à l'institut Denis Diderot à Dijon. Une première année intense avec beaucoup de cours et beaucoup de notions : droit, comptabilité, budget, communication, marketing... Ce master permet d'acquérir l'ensemble des compétences pour travailler dans la culture à tous les niveaux (administration, relations publiques...). Les rencontres avec les professionnels nous aide à connaître le monde de la culture ainsi que de commencer à établir un réseau. Le stage en master 1 dure entre 4 et 6 mois, il permet d'affiner nos ambitions. La deuxième année de master est en alternance. Le rythme est de 2 semaines de cours, 2 semaines d'entreprises.