Guides d'orientation : tout savoir sur une filière
groupe d'advisors

Il existe 1001 façons de choisir sa filière, mais ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver au milieu de toutes ces informations 🔎, et de savoir si on a fait le bon choix !

Les témoignages de nos Advisors sont là pour t'aider à y voir plus clair 💡.

Si tu veux en savoir plus sur leurs parcours, prends RDV avec eux 🤳 !

94 résultats correspondants à "" :

Nolwenn, 21 ans

Administration économique et sociale (AES)

Je suis actuellement en 1ère année de Licence AES à Paris 1 Panthéon Sorbonne. En sortant d'un bac ES, je peux vous assurer que c'est clairement différent des cours du lycée, tant en matière de fonctionnement et d'apprentissage qu'en matières de cours et notamment le droit, une matière complètement nouvelle. En termes de mathématiques, c'est très accessible, au premier semestre la matière s'intitule Statistiques et puis au second semestre on a IES (Informations économiques et sociales). En fin de compte, il n'y a pas beaucoup de maths pour ceux qui sont réticents face à cette dernière. A l'université, il faut savoir être régulier et ne pas se faire dépasser par les évènements, les semestres sont courts et les partiels arrivent rapidement. A l'université, il est question d'adaptation, les premiers cours en CM peuvent surprendre par le nombre d'étudiants en amphi mais aussi par les rares interactions entre les professeurs et les élèves pendant l'heure de cours à l'inverse des TD (travaux dirigés). Il est intéressant de former des binômes, des groupes de travail pour s'échanger les cours ou des fiches de cours. Il ne faut surtout pas rester seuls, il faut essayer de parler aux autres et puis c'est l'occasion de faire de belles rencontres. En effet, mon binôme au premier semestre n'est plus dans la même classe de TD mais on s'échange toujours des cours de TD ou de CM ce qui est très utile. Je vous recommande fortement de choisir une option que ce soit en sport ou en langues (mais plus difficile en anglais ou espagnol en termes de places). En effet, on peut gagner jusqu'à 0,5 sur la moyenne générale du semestre. J'ai eu 15 en badminton au premier semestre ce qui m'a permis d'obtenir 16 de moyenne générale de semestre au lieu de 15,75. Enfin, dernier point positif, les enseignants sont assez soucieux des élèves notamment en cette période de crise, dans ma licence tout du moins. Pour toutes questions, n'hésitez pas à me contacter via mon profil, KHAUV Nolwenn

Anaïs, 25 ans

BUT génie biologique option analyses biologiques et bioch...

Je commencerai mon témoignage concernant l'IUT par : deux années merveilleuses ! Comme tu as compris, j'ai passé deux très bonnes années à l'IUT en DUT Génie Biologique en option Analyses Biologiques et Biochimiques. J'ai choisi ce programme pour son lien entre la science et la santé. La première année est commune à toutes les options sous forme d'un tronc commun. Toutefois, dès ce tronc commun, la formation est professionnalisante. En effet, les études sont organisées de matière à ce que tu passes deux jours par semaine en Travaux Pratiques (TP) de laboratoire par petit groupe (10-12 étudiants). De ce fait, je me suis considéré comme opérationnel à travailler en laboratoire dès l'obtention de mon diplôme. Néanmoins, j'ai obtenu une formation théorique tout aussi complète ce qui m'a permis de poursuivre mes études ensuite. De ce fait, ce diplôme, même si je ne "travaille pas avec" car j'ai choisi de poursuivre mes études, je travail avec les été entant que job étudiant dans un laboratoire de contrôle qualité microbiologique. J'ai apprécié découvrir de nouvelles matières qui m'ont passionnées. Par exemple, la microbiologie et plus précisément la bactériologie fut une révélation pour moi. Découvrir ce qui passe dans le monde l'infiniment petit loin de notre vision anthropocentrique. Dans cette matière, j'ai appris à ensemencé des gélose de culture à partir de divers prélèvements dans l'objectif d'établir un diagnostique. Après les matières sont diverses. J'ai également fait de l'immunologie avec l'étude des défenses du corps par lui-même, la pharmacologie avec l'étude du mode d'action de certain médicament, la biochimie, la biologie moléculaire ... Ces deux années de DUT se sont conclues par un stage à l'autre bout du monde. En fin de deuxième année, j'ai décidé de faire mon stage de validation de DUT dans un laboratoire de Biochimie au Canada. J'étais dans un laboratoire universitaire à Edmonton donc dans la partie anglophone du Canada. Cette expérience fut une véritable opportunité que je n'aurais peut être pas eue sans le DUT. J'ai participé pleinement à un projet de recherche avec une équipe. La satisfaction aujourd'hui, est de savoir que ce projet est à l'origine d'une publication scientifique. Dernier point que je souhaite présenter concernant mon IUT, c'est ma vie étudiante ! J'ai passé deux belles années grâce à de belles rencontres, des sorties, une vie associative. De plus j'étais dans une ville où les étudiants sont très bien accueillis où il est facile de se loger car de nombreuses résidences étudiantes sont disponibles. L'IUT correspond à une multitude de possibilités de s'épanouir car c'est une formation très complète !

Anaïs, 25 ans

CPGE Classe préparatoire ATS Biologie

Mon année en classe préparatoire ATS. Que dire dessus ? Plein de chose ! Déjà, je suis arrivée en prépa ATS après trois ans d'étude post-bac. Ceci semble anodin mais en réalité pendant ces deux années de DUT j'ai eu le temps de murir personnellement et de murir mon projet. De ce fait, il m'a été plus facile d’appréhender cette année de prépa vis à vis de la première prépa que j'avais réalisé en post-bac. Toutefois, ça reste une année de prépa ! Il y a du travail et ceux même avant d'intégrer la prépa. Je savais que mon gros point faible était le français. J'ai alors anticiper l'année sur cette matière en suivant l'actualité et en lisant l'été précédent ma rentrée en prépa. Durant l'année, j'ai réalisé les montagnes russes moralement. Il y a eu des périodes de l'année où c'était la motivation et mon rêve de devenir vétérinaire qui primé et d'autre période plus sombre. J'ai eu des moments de doute, des colles qui se sont pas forcément très bien passées, des notes qui ne sont pas plaisirs ... Toutefois, je pense avoir réussi à surmonter ces passage grâce à mon entourage qui m'a soutenue. Et surtout, je n'ai jamais complétement baissé les bras. Le secret de la prépa est de s'accrocher ! Lorsque les doutes s'installent je refaisais systématiquement un point sur mon projet pour me rappeler pourquoi j’étais en prépa. En plus, reprendre son projet c'est doublement bénéfique car cela permet de préparer au mieux l'épreuve d'entretien du concours de la voie C. Au final, si je dois donner un conseil pour l'année de prépa ATS Bio, une fois lancé dans l'année de prépa, il ne faut jamais oublier son objectif, son rêve !

Pauline, 22 ans

Infirmier

Bonjour à toutes et à tous, je tenais à faire un "flash back" sur mon année de terminale; année assez stressante entre Parcoursup, le bac (et le confinement qui est venu se mettre au milieu). Toute l'année j'ai entendu que "en sortant d'un baccalauréat économique et social, je ne pourrai jamais être admise en IFSI avec ce baccalauréat". Est venue l'épreuve de Parcoursup; la boule au ventre parce que j'avais mis une seule alternative à cette formation, pour ne pas rester en stand-by pendant un an et enrichir mes connaissances, mais qui ne m'intéressait que peu. Puis à la mi mai, j'ai été admise, certes sur liste d'attente, dans toutes les IFSI que j'avais demandé; et aucun de mes professeurs ne m'a cru. Alors vraiment, à l'approche des examens conjointement à la plateforme Parcoursup; croyez en vous!

Erell, 25 ans

Orthoptie

Qu'est-ce que l'orthoptie ? L'orthoptie est la "kiné" des yeux: L'orthoptiste va s'occuper de prendre en charge des patients de tout âge atteints de strabismes (patients qui louche), de pathologies oculaire (Myopie, Hypermétropie, DMLA, Cataracte) ou encore de pathologie des paupières et des différentes structures de l'oeil (Cornée, rétine.....). Il peut également s'occuper de la rééducation oculaire de patients strabiques et prendre en charge des patients atteints de troubles scolaires, pathologies DYS..... (Il interviendra très souvent dans ce cas au sein d'une équipe pluridisciplinaire avec des Orthophonistes (logopèdes), ergothérapeutes, psychomotriciens, l'enseignant.... Au cours de mon premier stage, j'ai eu l'opportunité d'assister a des prises en charges de rééducation strabiques ainsi que des prises en charges d'enfants dyspraxiques avec difficultés scolaire. Pour mon deuxième stage, pendant 1 mois j'ai observé divers domaines de l'orthoptie et j'ai eu la chance d'assister à des opérations en bloc opératoire (chirurgies de paupières et chirurgies de strabismes) c'était top ! Où peut-il travailler ? Il travaillera soit en cabinet libéral soit en hôpital. Que faire après ? Une fois diplômé en Orthoptie, tu peux directement exercer ton métier à l'issue de tes études ou te spécialiser dans divers domaines (neurologie, neuro-ophtalmologie....). Je pense peut-être me spécialiser en neuro-ophtalmologie pour m'occuper d'enfants dys ainsi que de patients ayant des pathologie neuro-ophtalmologiques. Faire ses études en Belgique, diplôme reconnu en France ? Mon inscription en Belgique a été très facile et rapide: il a juste fallu que je m'inscrive en remplissant un dossier (il n'y a pas de concours contrairement à la France). Suite à cela, l'école te rappellera à une certaine date qu'il ne faudra pas louper (confirmation de ton inscription: l'école a appelé mes parents très tard la nuit, je ne cache pas que se sont mes parents et non moi qui a répondu ahah). Cet appel est très important puisque chaque année dans chaque promos il y a 50% des élèves qui sont français et 50% des élèves qui sont belges et pour faire parti de ses 50% d'élèves français, il faut passer par cet appel. De plus, le diplôme est reconnu en France ! Je te parlerai de cette filière plus en détail et répondrai à toute tes questions avec plaisir au cours d'un appel ;)

Tatiana, 22 ans

Sciences de l’éducation

Un jour, on m'a dit qu'aller en sciences de l'éducation pour être professeure des écoles était une très mauvaise idée. De nombreuses rumeurs sous-entendent que les sciences de l'éducation vont nous ramollir le cerveau !!(oui j'ai déjà entendu ça). Mais depuis que je suis dans cette licence j'adore mes études !! Chaque jour apprendre de nouvelles choses en éducation, sur les enfants (mais aussi sur la formation des adultes) je trouve ça passionnant. De plus, à Jean Monnet à Saint Etienne on commence à parler des SDE(sciences de l'éducation ;) ) dès le début de la L1. Et on ne trouve pas ça partout ! Tout ça pour vous dire, futurs professeur.es, éducateurs.rices, formateurs.rices, n'écoutez pas les mauvaises langues et si vous voulez vraiment aller en sciences de l'éducation, lancez vous la tête la première !

Anaïs, 23 ans

Ostéopathie, Chiropractie

Les études d'ostéopathie sont pour moi les études parfaites pour lier professionnalisme et théorie . En effet avant je voulais être vétérinaire mais mes résultats scolaires ne me l'on pas permis . Ces études on pour moi été une réelle vocation grâce à stages d'immersion dans des écoles . Pour moi l'ostéopathie est un métier très complet , il est difficile de s'ennuyer . Si vous cherchez un métier épanouissant n'hésitez pas !

Lilou, 24 ans

Langues, littératures & civilisations étrangères et régio...

Bonjour ! Je te propose aujourd'hui mon témoignage sur la licence LLCER que j'ai effectué à Valence. Étant intéressée par les langues, j'ai décidé de commencer une licence en anglais sans trop savoir en quoi cela consistait. La licence LLCER permet d'avoir de solides bases sur la langue choisie (anglais pour ma part) avec de la grammaire, de la phonétique, de la traduction mais également de la civilisation (anglaise comme américaine) ou du patrimoine. Il faut vraiment aimer la langue choisie car on pourrait se sentir démotiver par les exercices et les cours très théoriques qui ne laissent pas beaucoup de place à la pratique. Cependant, c'est une excellente opportunité pour rencontrer des professeurs anglophones (certains venaient de Birmingham en Angleterre, ou encore de Californie) et pour découvrir les différents accents et style de vie. En deuxième année de licence, certains professeurs proposent des cours qui nous permettent de découvrir différents métiers qu'on peut effectuer après notre licence, comme le métier du sous-titreur. Cette matière était très intéressante et pour le coup concrète car nous devions retranscrire ce qu'on entendait lors d'un extrait de série puis le traduire. Pour vraiment tirer tous les avantages de cette licence, il est très très recommandé (si ce n'est obligatoire) d'effectuer la troisième année en Erasmus dans un pays anglophone pour lier la théorie à la pratique et pour perfectionner son anglais. Pour récapituler, je ne regrette pas d'avoir fait ce choix de licence. Elle m'a permise d'atteindre un niveau d'anglais que je ne pensais pas arriver à avoir en sortant du lycée.

Laetitia, 25 ans

Tourisme

Arrivant d'une licence LEA et souhaitant m'orienter dans le tourisme, le Master Management des Activités Hôtelières et Touristiques (MAHT) de l'IAE de La Rochelle m'a paru être le meilleur chemin. Me voilà aujourd'hui en deuxième année de Master et en plus en alternance. J'ai énormément appris durant ma première année, beaucoup de théorie mais également des études de cas qui rendent le travail encore plus concrets et intéressant !

Paul, 24 ans

Sciences pour la santé

Dans ce témoignage, je vais vous parler du passage du lycée à la faculté. Personnellement j'ai choisi de m'écarter de mon lieu de vie habituel et donc de prendre mon propre appartement. Un changement radicale qui implique de gros efforts. Tout d'abord dans mes habitudes de vie mais aussi dans ma façon de travailler. Aller à la fac c'est savoir travailler par soi même sans avoir qui que ce soit derrière notre dos pour venir nous aider à travailler. De plus je suis en concours ce qui signifie que se faire des amitiés dans la promo est quelques fois difficile.