ÉCOLE DE COMMERCE ACHATS : Tout savoir
Métiers, Admission, Prix, Classements, Témoignages


École de commerce Achats, PRÉSENTATION

École de commerce Achats, qu'est-ce que c'est ?

Généralement la spécialité achats est accessible à partir du master 1 pour une durée de 2 ans. Elle permet d’avoir 120 crédits ECTS et un total de 300 crédits ECTS à la fin du master 2.

De nombreuses spécialités existent :

  • Achats industriels
  • Management stratégiques
  • Innovation
  • Supply chain

Les masters « achats » sont souvent dispensés dans les écoles de commerce type KEDGE Business School, ESSEC Business School, Grenoble Ecole de Management etc.
Il existe quelques formations achats en IAE également.

École de commerce Achats, quels sont les formats d'études possibles ?

La master achats est dispensé en formation continue, mais également en alternance (un bon moyen pour toi d’avoir de l’expérience professionnelle dans ce domaine).

Il est également possible de poursuivre ce cursus par correspondance, c’est plus rare.
Il faut également faire attention au diplôme que ça délivre ! Bien un bac +5, pas uniquement un bac +3.

École de commerce Achats, où se trouvent les établissements en France ?

Il y a de nombreuses écoles de commerce qui dispensent le master « achat » sous des spécialités différentes !

Les établissements principaux sont situés dans les grandes villes telles que Paris, Lyon, Grenoble etc.

École de commerce Achats, COMMENT SE DÉROULE LA FORMATION ?

École de commerce Achats, inscription et admission ?

Le master achat étant accessible à partir d’un bac +3 il faut passer des concours pour rentrer dans les écoles de commerce. L’admission est très sélective dans ce genre de cursus, il est important de bien préparer l’étape d’admission.


Les critères de sélection sont classiques : résultats académiques, motivations, mais une expérience significative dans le domaine des achats est fortement appréciée.

En début d’année, généralement, les candidatures sont ouvertes pour les dépôts de dossier ainsi que les concours.

École de commerce Achats, quels sont les programmes proposés ?

Les principales matières enseignées auront un lien très fort avec l’écosystème de l’entreprise.

On trouvera des cours comme :

  • Management des achats
  • Organisation achats, gestion de la qualité
  • Achats projets
  • Gestion des organisations, des systèmes d’information et de la qualité
  • Achats prestations de services
  • Stratégie juridique et fiscale
  • Droit des assurances
  • Achats et gestion des risques de change, risques écologiques
  • Risques stratégiques
  • Organisation de la supply chain
  • Gestion de la production
  • Études des systèmes d’information

Il est possible de faire un double diplôme avec très souvent les domaines de la logistique.

Comme toute école de commerce le rythme est partagée entre des cours magistraux et des travaux dirigés. Au cours des deux années, il est obligatoire de réaliser un stage de 6 mois (cursus initial), un mémoire sera à rédiger à la fin de celui-ci.

Les examens se présentent généralement en contrôle continue et partiels.

École de commerce Achats, suis-je fait pour ?

Les étudiants en master achat ont très souvent réaliser leurs études dans le commerce/tertiaire avec un penchant pour l’international.

De très bons négociateurs avec un bon niveau d’anglais, tu côtoieras.

Cette formation reste tout de même assez ouvertes en terme de profil, elle ne se limite pas à prendre un seul cursus en particulier. Ce qui te laisse des chances d’y arriver :) 

École de commerce Achats, QUE FAIRE APRÈS ?

École de commerce Achats, quel est le salaire moyen après la formation ?

En fin de cursus master achats, les salaires sont environ à 39K€ brut.
Idem pour les salaires moyens à l’étranger.

École de commerce Achats, quels débouchés et métiers faire après la formation ?

De nombreux métiers sont accessibles à la fin de la formation : très régulièrement des postes de cadres à haute responsabilité.

  • Consultant achats ou logistique
  • Négociateur budget achats
  • Chef de département achats
  • Directeur achats
  • Directeur des opérations ou approvisionnements

Les secteurs sont divers et variés, tout secteur a besoin d’un service achat : de l’industrie, à l’agroalimentaire en passant par la grande distribution.

Il est bien évidemment possible de travail à l’étranger à l’issue de l’obtention du master.
De nombreuses industries, très grosses sociétés internationales recrutent des acheteurs.

École de commerce Achats, quelles sont les formations supérieures accessibles après la formation ?

Généralement 2 possibilités s’offrent aux diplômés :

Continuer leurs études sur un mastère spécialisé en achat (bac +6)

Ou alors rentrer dans la vie active et obtenir des postes cités précédemment.

NOTRE SÉLECTION D'ADVISORS EN ÉCOLE DE COMMERCE ACHATS

Study Advisor c'est

Efficace

Study Advisor est entièrement gratuit pour ses utilisateurs grâce au financement de ses formations partenaires ainsi que de l'Europe et de l'Île-de-France qui co-financent la plateforme depuis mai 2017.

À distance

Pour être simple d'accès et d'utilisation pour tout le mopnden les discussions sur Study Advisor se font par téléphone, tranquillement depuis chez soi avec une confidentialité des données garantie par la CNIL.

Profite c'est gratuit

Study Advisor est entièrement gratuit pour ses utilisateurs grâce au financement de ses formations partenaires ainsi que de l'Europe et de l'Île-de-France qui co-financent la plateforme depuis mai 2017.

LE CONCEPT STUDY ADVISOR

LES ÉTUDIANTS ÉVALUENT NOS ADVISORS

LISEZ NOS TÉMOIGNAGES D'ADVISORS EN ÉCOLE DE COMMERCE ACHATS

Ma vie d'étudiante à ESAM Paris

Article de Sylvie - le 24/01/2019
Lire l'article

LISEZ NOS TÉMOIGNAGES D'ADVISORS EN ÉCOLE DE COMMERCE ACHATS

Sylvie
Advisor à ESAM Paris, Team Leader


Pourquoi Sylvie, as-tu choisi ESAM après le lycée ? Mon choix s’est porté sur ESAM, car l’aspect international m’intéressait énormément ainsi que la finance et l’entrepreneuriat. À ESAM, on a la chance de pouvoir voyager chaque année, où on veut, et c’est une opportunité que toutes les écoles n’offrent pas. Elle est classée 1ère en Top 1 en finance sur le classement de l’étudiant, ce qui n’est pas négligeable. Nos professeurs sont des intervenants du monde professionnels qui nous partagent leurs savoirs, ce qui nous évite de nous ennuyer en cours ! Grâce à l’incubateur ESAM, la « Why Not Factory », nous avons la possibilité, nous étudiants de créer notre entreprise avec l’aide de professionnel et de coach qui nous aident tout le long de la réalisation de notre projet. Pourquoi avoir choisi Montréal plutôt que Dublin pour mon premier échange universitaire ? En première année, j’ai eu la possibilité de faire un échange universitaire à Dublin ou à Montréal. Mon choix c’est tout de suite porté sur Montréal, car je voulais partir loin, loin de ma famille, loin de mes amis et être indépendante ! Si j’avais choisi, Dublin, mes amis et familles, seraient venus me rendre visite tous les mois, or je voulais prouver à moi-même et à mes propres que je suis capable d’être autonome et responsable. De plus, l’université de Sherbrooke fait partie des meilleures universités du Canada, ce qui est plus valorisant et prestigieux. Malgré le fait que les cours à Dublin étaient tous en anglais, nous avions également eu certains cours en anglais, sachant qu’à Montréal, les Québécois sont bilingues en anglais et en français, ce qui nous a permis de nous améliorer en anglais également. Mon aventure a donc début en janvier 2018, elle a duré 6 mois, car après mes 4 mois d’échange j’ai eu l’opportunité de faire mon stage dans le Marketing digital, à Montréal même. Pourrais-tu nous dire ce que ton expérience à l’étranger t’a apporté ? Grâce à cette expérience, j’ai su être plus organisé dans la gestion du temps à la maison, car sans parents il faut se débrouiller et savoir gérer son temps en rentrant des cours. J’ai pu prouver à mes proches que j’étais capable d’être débrouillarde et responsable ! J’ai pu m’améliorer en anglais, car j’ai eu l’occasion de le pratiquer dans la vie de tous les jours. Et j’ai découvert une tout autre mentalité, qui est totalement différente de celle de la France, je rentre donc avec une façon de penser différente, mais aussi une touche québécoise en moi. En 6 mois, j’ai ou faire tout ce que je souhaitais faire à Montréal, malgré des hauts et des bas avec mes colocataires, je ne regrette en rien cette expérience et cette destination. Cela m’a permis de me forger et c’est ce qui fait mon caractère aujourd’hui. Mes objectifs fixés sont donc atteints et j’en suis très fière !
Discute avec Sylvie